Dissertation rilkee

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4009 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La place de la femme dans la conception et la réalisation de l’oeuvre de Rilke.

L’oeuvre de Rainer Maria Rilke est une de ces oeuvres touffues et sinueuses, gorgées de solitude et de poésie, aux intonations mystérieuses, rythmées par le silence et les interrogations. Cet auteur tchèque d’entre deux siècles dont la vie fut ponctuée de rencontres et de voyages aptes à enrichir un travail déjàinspiré, offre à la lecture romans, recueils de poésie, pièces de théâtre, ainsi qu’une correspondance assidue avec plusieurs individus- clefs tant pour son oeuvre que pour son être, notamment Lou Andréas- Salomé et Rodin.
La princesse Blanche (dont deux versions se succèdent en 1898 et 1904) et Les cahiers de Malte Laurids Brigge (dont la rédaction commence en 1904 et s’achève six ans plus tard)reflètent, dans leurs divergences comme dans leurs points communs, un certain nombre de constantes propres à l’oeuvre de Rilke, et susceptibles de nous diriger vers des interprétations, par le biais d’éclairages sur sa vie, son écriture, ses travaux. Les Cahiers en ce qu’ils peuvent être lus comme un reflet autobiographique de l’auteur et de ses pensées, et la courte pièce de théâtre qui met enscène un personnage autour duquel se cristallise bien de ses interrogations et craintes, ouvrent la porte à une étude interrogative et active de l’oeuvre de Rilke. L’un et l’autre de ces travaux concentrent une grande part de leur singularité autour de la femme ; questions, bribes de réponses, fragments poétiques, voix féminines entrecroisées sont ici l’occasion de s’interroger : quelle est la placede la femme dans la conception et la réalisation de l’oeuvre de Rainer Maria Rilke ?
L’organisation de ce travail tiendra au souci de faire la part égale à l’exploration de trois thèmes : les femmes en tant qu’apparitions littéraires tout d’abord, guidant l’auteur ou le narrateur dans leurs découvertes ; les femmes et l’amour chez Rilke ensuite, et comment ces différentes formes d’amour donnentl’impulsion aux réflexions de l’auteur. Pour finir, il s’agira de se pencher plus amplement sur la mise en abyme propre à ces deux textes, et ce en quoi elle permet à Rilke de mettre des mots sur son rapport aux femmes, par un processus créatif et expiatoire.

I. Les femmes en tant que personnages littéraires : elles guident l’auteur, le narrateur et le lecteur dans leurs découvertes respectives.Au sein de l’oeuvre de Rilke les femmes sont présentes et significatives, se faisant guide du triptyque auteur/narrateur/lecteur.

A. La muse : objet d’inspiration et moteur de réflexion.
1. Un être idéal pour la plume littéraire.
* Contrairement aux hommes qui sont évoqués et décrits brièvement ou par des termes prosaïques, des verbes d’action tels que se dresser, crier, arpenter, les femmessont parées à loisir de métaphores et de représentations symboliques, associées à un champ lexical fleuri où les camélias blancs répondent aux roses et aux fleurs des tapisseries. Les Cahiers contiennent de long passages aux intonations hyperboliques, ne serait- ce que dans une véritable ode à la mère qui atteint son paroxysme dans la question oratoire : « Un pouvoir égale-t-il ton pouvoir dansle royaume de la terre ? »
* Même lorsque la femme n’est pas directement évoquée elle est sans cesse perceptible dans un univers empreint d’images féminines telles que la nuit, la mer, la lune, vocabulaire à forte connotation symbolique appuyé par les nombreuses associations, par exemple entre la femme et la douceur des tissus « souples (...), caressants, ou si lisse qu’on pouvait à peine lessaisir ».

2. La muse de Rilke : « la femme sera » écrit Rilke dans ses Lettres à un jeune poète.
* Cette femme est un individu rayonnant, éclatant de blancheur et liée au monde de l’art (que ce soit à la musique par la voix d’Abelone, à la tapisserie par la Dame à la licorne ou même à la danse dans certains poèmes comme le quinzième Sonnet à Orphée ou La danseuse espagnole).
* Elle est aussi...
tracking img