Dissertation roman/amour

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1252 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le roman est devenu au fil des siècles le genre littéraire dominant, définit par son écriture en prose (très majoritairement) et sa narration relativement longue, il donne au lecteur une vision particulière du monde de l’individu et de la société.
L’amour a toujours existé dans le roman et force est de constater que c’est un thème récurrent depuis ses tous premiers balbutiements à l’antiquité(pensons à l’Odyssée d’Homère et la mythique quête d’Ulysse vers Pénélope) en passant par les roman de chevalerie du Moyen-âge (Tristan et Iseult par Chrétiens de Troyes ou encore la légende d’Arthur et la célèbre histoire d‘amour entre Lancelot et Genièvre) jusqu’à aujourd’hui.
Devant ce constat troublant et cet éternel recommencement, nous sommes en mesure de nous demander si finalement leroman n’a pas pour unique but de raconter encore et toujours des histoires d’amour.

En effet, l’amour est une source d’intérêt inépuisable pour le lecteur; celui-ci lit en effet souvent des romans pour se rêver une autre vie (comme le faisait Emma dans Madame Bovary). Nous aspirons tous à aimer et à être aimer et un roman narrant une merveilleuse histoire d’amour fera palpiter n’importe quellecteur. Pensons à Belle du Seigneur où Albert Cohen y décrit avec justesse les frénésies, l’exaltation et la transe que provoque l’amour par le biais de son couple: Solal et Arianne Deume, de ses délicieuses envolés lyriques: «Pieusement elle jouait pour lui et son visage était convaincu, visité. », ou encore de ses parlantes métaphores: « Mains jointes et un sang de velours dans leurs veines ».L’amour fait vibrer le lecteur et ainsi, les romans qui leurs sont destinés en regorgent.
Mais l’amour n’est pas seulement un thème récurrent dans le roman pour son intérêt de distraction, il est également en quelque sorte indispensable à la vraisemblance d’une fiction. En effet, c’est l’élément sans lequel nous ne verrions pas d’intérêt à vivre. Balzac disait d’ailleurs: «La passion est toutel’humanité, sans elle la religion, l’histoire, le roman, l’art seraient inutiles»
Prenons le monde futuriste de George Orwell dans 1984. Les hommes sont surveillés par le gouvernement totalitariste de Big Brother. La liberté d’expression n’existe plus, les pensées sont épiées et la vérité manipulée. Cette société se caractérise également par une négation de l’amour et de toute sensualité. Pourtant lehéros principal tentera de se « rebeller » face à cet état de lieu et vivra une histoire d’amour clandestine avec une de ses collègue Julia. La société imaginée par Orwell et son terrible engrenage (haine d‘autrui, crainte, délation) avait pourtant tout pour faire disparaître l’amour de la surface de ce monde fictif, l’auteur ne s’y résout cependant pas, et laisse subsister dans le cœur de son héros lapassion.
Enfin, n’oublions pas que l’amour revêt d’innombrables formes, la passion amoureuse bien sur, mais aussi celle de la religion, l’amour familial, ou encore l’amitié…Il provoque ainsi une palette immense de réactions parmi lesquelles la jalousie, la tristesse la colère, la haine ou la vengeance. L’amour provoque également d’étranges phénomènes chez nous autres êtres humains, desstratégies complexe, de l’idéalisation en passant par la séduction. Quelque part l’amour et le sentiment amoureux est un peu ce qui distingue l’Homme d’autres espèces moins évoluées. La princesse de Clèves de Mme de Lafayette est un merveilleux exemple de l’étude du sentiment amoureux. C’est un roman d’analyse mais aussi de stratégie qui traduit très bien des méandres auxquelles conduisent l‘amour et dela psychologie humaine. On pourrait ainsi dire qu’étudier l’amour dans le roman, c’est d’abord intéresser le lecteur, c’est ainsi faire preuve de vraisemblance mais c’est surtout un peu étudier l’Homme et c’est là un des grands enjeux du roman. Cependant est-ce a dire que c’est le seul but auquel aspire le roman?


Il est vrai qu’il est bien rare de trouver un roman où il n’est pas...
tracking img