Dissertation sur la création littéraire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 13 (3124 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 13 février 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Composition française

Sujet :

Il m’est arrivé d’écrire autrefois qu’un grand roman n’était pas la vie, mais lui ressemblait seulement, dans la mesure à la fois très importante et très incomplète où une cloche ressemble à un chaudron. C'est-à-dire les mêmes formes extérieures, la même apparence, mais l’une utilisée uniquement pour répondre aux exigences pratiques de la vie, l’autre seulementpour en dégager la musique. (Julien Gracq, Entretiens, p.146)

La matière première du roman est la vie. Sans la vie, le roman ne pourrait exister. Il prend sa source dans le langage mais aussi dans l’expérience de la vie humaine et en retrace les étapes comme dans Madame Bovary de Gustave Flaubert qui raconte la vie d’une femme passionnée, Emma, de sa désolante enfance à la campagne, enpassant par son mariage avec le médecin, Charles Bovary, ses aventures extras-conjugales avec Léon, ses ennuis financiers jusqu’à son suicide. Mais le roman est-il pour autant la vie ou n’est-il pas plutôt un simulacre de vie ? Pour Julien Gracq, écrivain du XXème siècle, connu à la fois pour ses romans mais aussi pour ses œuvres critiques comme la littérature à l’estomac, il affirme dansEntretiens « Il m’est arrivé d’écrire autrefois qu’un grand eroman n’était pas la vie, mais lui ressemblait seulement, dans la mesure à la fois très importante et très incomplète où une cloche ressemble à un chaudron. C'est-à-dire les mêmes formes extérieures, la même apparence, mais l’une utilisée uniquement pour répondre aux exigences pratiques de la vie, l’autre seulement pour en dégager la musique. »Selon lui, un grand roman se distinguerait donc de la vie malgré sa forte ressemblance. En effet, par le truchement d’une comparaison entre une cloche et un chaudron dans cette citation, Julien Gracq tente d’expliquer que le roman est à l’image de la vie mais qu’il se détache de la vie à la fois par son aspect plus travaillé et par sa fonction, la cloche servant à produire de la musique, lechaudron pouvant servir à cuire de la soupe. Dans ces deux images utilisées, on remarque, par ailleurs, que l’une est plus valorisante que l’autre : la cloche est un objet plus noble que le chaudron car c’est un instrument de musique religieux. Cette comparaison nous invite à réfléchir sur l’usage qui est fait du roman. Ainsi, est ce qu’un grand roman peut-il prétendre être la vie et quelles sont lesfonctions que l’on peut alors lui attribuer ? Nous chercherons à montrer dans un premier temps que le grand roman n’est pas la vie comme le prétendait autrefois Julien Gracq et que le roman se détache de toutes fonctions utilitaires à l’image de la cloche. Puis nous montrerons que par complexité et sa diversité, le grand roman c’est la vie et à l’image du chaudron il aurait une fonction utilitaire.Enfin, nous verrons que Le roman représenterait un chaudron et une cloche, la vérité se trouvant dans ces deux contenants et dépendrait de la lecture qui en est faite.

Le roman est une oeuvre d'imagination en prose, assez longue, qui présente et fait vivre des personnages donnés comme réels, dont elle raconte leur histoire, aventures, psychologies, destins. Par œuvre d’imagination, il fautcomprendre que le roman constitue une fiction narrative qui prend appui sur le réel grâce au principe de la mimesis. Selon Jean-Marie Schaeffer, le roman, parce qu’il est fiction, c'est-à-dire « invention » au sens étymologique du terme, consiste en une « feintise partagée » sur un acte de croyance de la part du lecteur, ce qui permet « l’immersion fictionnelle »de celui-ci. De fait, le romanconstitue un univers créé de toutes pièces par l’écrivain et c’est pourquoi nous pouvons dire qu’il est simulacre de vie : l’écrivain est tel le poète car il est celui qui crée, qui invente un univers.
Par ailleurs, Aragon définit le roman comme un mentir-vrai dans la postface des Cloches de Bâle et affirme à ce sujet « L’extraordinaire du roman a que pour comprendre le réel objectif, il...
tracking img