Dissertation sur la peine de mort

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1054 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation sur la peine de mort

La peine de mort est un sujet sur lequel on n’est jamais à court de mots. Il y a toujours des pays qui utilisent cette punition dans le cas d’un crime grave, tandis que cela fait déjà longtemps que d’autres pays l’ont abolie. La France n’a aboli la peine de mort qu’en 1981, après des dizaines d’années de discussions et de débats qui ont été commencés, en fait,par Victor Hugo dans les années trente du XIXe siècle. Pourtant, comme déjà mentionné, il a fallu attendre un siècle et demi avant que l’on ne soit passé à l’acte. C’est surtout grâce à Robert Badinter, le ministre de la Justice de l’époque, que la peine de mort est finalement abolie en France le 9 octobre 1981, soi-disant « pour des raisons humanitaires ».
Cela n’a tout de même pas provoqué unconsensus dans la société française. La peine de mort est toujours un thème qui nourrira le débat. Tout simplement, on a des personnes qui sont pour et des personnes qui sont contre.

Les gens qui votent pour la peine de mort veulent donc qu’elle soit réintroduite en France. Pour cette opinion ils ont plusieurs arguments.
Tout d’abord, les partisans estiment que la peine capitale a une fonctiondissuasive. Une telle punition doit empêcher que le coupable commette un nouveau crime ; il sera effrayé. En effet, on ne peut pas courir le risque qu’un criminel retombe dans ses vieilles habitudes en cas de libération. Aussi ce risque sera-t-il tout à fait exclu et on n’a pas besoin de s’inquiéter. En outre on réfléchira bien avant de commettre un crime grave ou même un meurtre, vu laconséquence. La mort est en général plus dissuasive qu’une peine de prison comme la réclusion à perpétuité. C’est surtout au XIXe siècle, lorsque la peine capitale (notamment la guillotine) était encore effectuée en plein public, que le peuple était le plus dissuadé. A cette époque-là, l’exécution du coupable était un spectacle énorme.
Deuxièmement, les partisans sont d’avis que la peine de mort est laseule punition appropriée pour un délit extrêmement grave, un assassinat dans la plupart des cas. Ils trouvent que si l’on tue quelqu’un, on mérite la même punition. C’est la loi du talion. Le coupable n’a plus le droit de continuer sa vie, parce qu’il a commis un péché inadmissible. « La victime dans un cercueil mais l’assasin encore en vie, c’est le monde à l’envers, » estiment-ils. Ce serait laseule juste solution à leur avis.
Finalement, il y a l’argument de l’argent. Un emprisonnement serait beaucoup plus cher que la peine de mort. Quand on enferme tous les criminels dans une prison, cela coûte énormément d’argent et c’est la société qui peut en faire les frais. Les partisans sont d’opinion qu’il vaut mieux tuer les cas les plus graves au lieu de les emprisonner durant des dizainesd’années. Cela ne vaut pas l’argent, qui vient des impôts du peuple.

Les gens qui votent contre la peine de mort veulent donc qu’elle ne retourne plus dans la société française. Ils ont eux aussi des arguments pour ce point de vue.
Premièrement, les adversaires jugent que la peine de mort est contraire aux droits de l’homme, selon lesquels il est interdit de tuer. Il ne faut pas en tant qu’Etats’abaisser à l’acte du criminel mais justement donner le bon exemple. Dans ce cas-là, l’Etat serait au même niveau moral de l’assassin. Il vaut mieux, selon les adversaires, apprendre aux coupables à fonctionner dans la société. La peine de mort est une peine barbare, une peine trop sévère. Elle n’est plus de notre temps, c’est un acte inhumain. De plus, on pense que la vengeance est un mauvais traitde caractère. En effet, « la société ne doit pas punir pour se venger ».
En deuxième lieu, une autre mauvaise chose de la peine de mort est le fait qu’elle est irrévocable et irréparable. Quand l’acte est accompli, on ne peut plus rien faire. En cas d’erreur judiciaire, ce qui se passe régulièrement, on ne peut plus réparer les dégâts. Ce serait une catastrophe pour les proches du condamné....
tracking img