Dissertation sur le discours de bayeux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 36 (8860 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Droit Constitutionnel |

Commentaire du discours du Général de Gaulle prononcé à Bayeux le 16 juin 1946

AVANT PROPOS : point sur les éventuelles divergences entre le discours oral et écrit, et justification du choix du discours rédigé comme support d’analyse.

Etant donné les deux supports d’analyse qui s’offrent à nous pour l’étude de ce discours, le support écrit, rédigé à laBoisserie, (sa maison et refuge de Colombey-les-deux Eglises) où le Général avait trouvé refuge en mars 1946, et « le support oral », disponible sur support vidéo, ou même en version retranscrite par les journalistes présents le jour-même. Nous préfèrerons l’analyse du support écrit pour plusieurs raisons : discours pour lequel le Général a pris le temps de la réflexion, pèse ses mots et cherche le motjuste, l’expression choc qui augmentera la portée de son discours, en accentuera la compréhension ou suscitera davantage l’admiration. C’est d’ailleurs ce discours, et il le sait pertinemment, qui sera publié officiellement, intégralement ou en partie, dans certains journaux, c’est pourquoi nous privilégierons cette version, au plus proche de la pensée du Général, plutôt que son allocution du 16juin, dont le recours ne sera fait que dans le cas où cela sera pertinent dans notre analyse (par exemple, noter une figure d’insistance ou une répétition particulièrement révélatrice, improvisée à l’oral). Il est en tout cas à noter, même si cela paraît évident, qu’aucune différence majeur n’est à pointer du doigt entre les deux supports, mise à part le fait que son allocution fut simplifiée dans lestermes, raccourcie et rendue ainsi plus abordable à un auditoire pas toujours averti.

INTRODUCTION :
Qui s’est intéressé un temps soi peu à l’Histoire de la République française au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, à la vie du Général de Gaulle ou aux différentes Constitutions de notre régime au XX° siècle, n’a pu passer à côté du discours du Grand Charles, prononcé à Bayeux (Calvados),un an après la Libération. Quarante six ans après, pour le centenaire de la naissance du Général (1990), se tenait encore un colloque, chargé de discuter, d’analyser, de proposer des interprétations à ce discours, en définir s’il en est, sa portée dans le débat et l’histoire constitutionnels français, et s’interroger enfin sur le fait que les conceptions véhiculées à Bayeux aient mis douze ansà être mises en pratique, par la Constitution de 1958 : et dans quelles proportions ?
Tout au long de notre devoir en fait, nous nous attarderons à décortiquer les mots du Général pour cerner au mieux le projet qu’il expose aux français de l’époque, et nous tenterons de définir la portée de ce discours - que certains juristes, historiens ou constitutionnels nomment « Constitution de Bayeux »-en se demander si son influence n’a pas été rétrospectivement grossisse à la lumière de 1958 et 1962 ou s’il s’agit véritablement d’un acte fondateur ?
Pour cela nous analyserons tout d’abord l’intervention du Général de Gaulle en tant qu’acte : son contexte, les rouages de son argumentation et ses potentiels objectifs. Puis, nous nous pencherons sur le fond du projet exposé par le Général : uneréforme constitutionnelles et par conséquent, institutionnelle, aussi claire et précise qu’à contre courant pour l’époque… Enfin, nous seront plus en mesure d’aborder la question de l’influence de ce discours sur les mois, les années et les décennies qui suivirent… jusqu’à aujourd’hui ?

Le Général de Gaulle présentant son discours à Bayeux, le 16 juin 1946

I- Le discours de Bayeux :

Lechoix d’une telle date et d’un tel lieu par le Général ne sont pas anodins, nous le verrons (A). Charles de Gaulle cherche-t-il simplement à séduire son auditoire pour s’assurer une place dans la vie politique qu’il entend mettre en place (B), ou cherche-t-il véritablement à exposer sa vision, sa conception du Régime, valable en tant que proposition aux députés participant alors au débat...
tracking img