Dissertation sur le motif de la seine dans aurélien d'aragon.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3817 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La Seine est un programme des muses, endroit délicieux où la beauté des lieux se surpassent, endroit fertile où la poésie y traîne toujours ; endroit intense parce qu'elle a inspiré et tenté bon nombre d'artistes et d'écrivains : de Monet à Apollinaire et jusqu'à Cocteau et Célan... C'est au milieu de cette effervescence artistique et raffinée, où la figure du dandy règne encore sur le Paris desLettres, qu'opère Louis Aragon et cette Seine... Cet être de contrastes publient en 1944 Aurélien qui constitue une véritable frontière de mots entre une poésie lyrique des plus parfaites, exaltée et amoureuse et le roman naturaliste, le roman de guerre, le roman d'une société...Peut-être n'y-a-t-il que la Seine dans toute sa majesté pour joindre les "deux bouts"- cette Seine qui définit trèsjustement l'intense contenu poétique du roman, tant elle semble être une héritière fameuse en poésie. Mais admirer cette Seine, c'est aussi apprécier la beauté toute entière de l'oeuvre, dans les méandres se cachent tels ou tels thèmes, dans les remous cette fièvre de la guerre, dans le M veineux le battement d'un coeur. La seine se veut être le miroir de la vie d'Aurélien, mais un miroir où l'eau adéjà trop coulée dessus, un miroir ou peu à peu l'image et l'identité s'efface, un miroir où comme narcisse on glisse inlassablement vers la mort. Et ces réflexions résumeront tour à tour cette chanson infernale de la Seine. À l'aune de ces éléments il s'agira donc de se demander en quoi la Seine est-elle une matérialisation fuyante de la personnalité d' Aurélien, elle est une sorte de miroirvertigineux tourné face à lui-même, et en quoi d'un point de vu plus élémentaire l'eau métaphorise-t-elle souvent ou un bonheur caché, premier, enfantin, ou bien le vertige, le sommeil, la mort... "La chanson lente des bateliers ", pourrait-être tout aussi bien festive que testamentaire...

Nous tenterons donc d'étudier dans un premier temps, l'eau comme une eau bienfaisante, celle dans laquelle l'onpatauge, puis nous étudierons l'eau mortifère et ensorceleuse , celle dans laquelle l'on se noie, et enfin nous étudierons l'eau et la Seine comme élément poétique par excellence, celle dans laquelle l'on rêve. Nous étudierons donc l'eau et la Seine dans sa force d'avancer en continuité, évolutive, par nécessité pessimiste ou fatale, elle use de sa chanson pour envoûter , non pour avancer ouinspirer.

*
* *


Nous commencerons tout d'abord à nager dans cette eau, très optimiste, nous étudierons l'eau comme un lieu de l'amusement, de la camaraderie, da la compétition mais aussi l'eau comme une enveloppe sensuelle presque charnelle, et enfin l'eau comme une enveloppe maternelle.

La première apparition de cette eau bienfaisante, revigorante, fraîche,verte se faitseulement à la page 179 dans le roman, alors que la Seine a déjà fait subir de violents vertiges à Aurélien, à savoir la fièvre. Cette eau fraîche et verte est celle de la piscine, piscine dans laquelle Aurélien ne s'attache pas à la misère et aux côtés populeux des gens, il ne remarque que leur force et leur agilité: " Le détail touchait à la misère, mais au coup d'oeil d'ensemble on ne voyait quela force et l'agilité." ( p. 180). Le monde de la piscine semble être une zone de non-lieu de la vie parisienne et une zone de non-temps, elle échappe aux conventions faussement régulières et élégantes de la bourgeoisie ou du monde d'Aurélien, c'est un lieu naturel où l'on s'essuie "les pieds les fesses à l'air", d'ailleurs le narrateur ne s'y trompe pas : " il se sentit un peu honteux des moeurshypocrites qu'il apportait avec lui d'un autre monde "...Aurélien s'y sent bien, il retrouve dans cette espèce de fraternité naturelle, cette nudité, des vieux ressentiments de la guerre. À la lumière blessée de la guerre se jonche la lumière verte et apaisante de l'eau , "là-bas il y avait la terre comme ici il y avait l'eau". Aussi il retrouve dans cette nudité nécessaire et obligatoire de...
tracking img