Dissertation sur le rechauffement climatique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1315 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le réchauffement climatique est l'une des préoccupations majeures de l'heure. En effet, tandis que certains y voient et condamnent une surexploitation de la nature par l'homme, d'autres affirment, non sans preuves, qu'il n'y a rien d'anormal dans les fluctuations de température sur terre car ce n'est ni la première, ni la dernière fois que la terre connaît de telles variations climatiques. Leréchauffement climatique est un exemple parmi tant d'autres du conflit existant entre ceux qui, d'une part, sont pour une plus grande valorisation de la nature (plus connus, en Amerique du Nord, sous le nom d'écologistes profonds) et ceux pour qui la nature est secondaire. Cette opposition, qui était anodine au départ, a pris une telle ampleur qu'elle a des répercussions dans différents aspects de lasociété (partis verts en politique, biocarburant sur le plan industriel, etc...) et qu'il est devenu impossible d'ignorer son importance dans toutes décisions politiques, économiques et sociales. Ainsi, dans l'optique de trouver un terrain d'entente entre consommation et préservation, il importe de se demander comment devrait être le système politico-économique qui conviendrait le mieux aux hommestout en tenant compte de la préservation de la nature ? Hans Jonas dans son livre intitulé le principe responsabilité esquisse une réponse en proposant un gouvernement autocratique et Luc Ferry, philosophe et ancien politicien français, dans son livre intitulé le nouvel ordre écologique pense que le gouvernement démocratique actuel, avec quelques améliorations, est en mesure de répondre à de telsbesoins.

Tout d'abord, Hans jonas dans son livre intitulé le principe responsabilité lance les bases d'un système qui, selon lui, conviendrait aux hommes tout en tenant compte des animaux. En effet, Jonas pense que puisque la résolution de ce conflit se fera à long terme, il importe d'avoir un gouvernement à la fois fort et stable. Fort, parce qu'il lui faudra souvent imposé des mesuresimpopulaires. Stable, car il lui faudra se tenir à ce qu'il a prévu et ne pas céder aux plaintes de la population. Or, selon lui, le système actuel (la démocratie) n'est pas en mesure de répondre à de tels attentes, car s'il faut résumer en ses propres mots la démocratie est un système où les intérêts du moment ont la parole et par conséquent elle se veut faible parce que populaire, et instable parceque intéressée. Ainsi, Jonas propose l'autocratie qui est un système où le pouvoir est concentré entre les mains d'une élite. Mais il ne s'agit pas de n'importe quelle élite, il ne s'agit pas d'une oligarchie ou d'une aristocratie. Cette élite doit être le reflet de la population, dans ce sens où le peuple doit pouvoir s'identifier en elle, chose nécessaire pour qu'il consente à faire dessacrifices à long terme.

Ensuite, Luc Ferry dans son livre intitulé le nouvel ordre écologique estime que la démocratie tel qu'elle est maintenant n'est pas parfaite, mais qu'il suffit de l'affûter, l'améliorer, pour qu'elle réponde à ces nouvelles attentes. En effet, Ferry ne manque pas de rappeler que la démocratie est synonyme de laïcité, de liberté d'expression et de pensée. Que la démocratie estle système qui a « émancipé de la tutelle des autorités religieuses et affranchis des lignes partisanes dogmatiques» (P.204). Ainsi, elle ne doit pas être remplacée, mais reformée. Reformée car elle n'est pas inapte, mais pêche encore dans la mesure où, voulant bien faire, souvent elle en fait trop. Car le fait est (chose qu'elle a tendance a oublier) que nul ne peut affirmer, sans risque de setromper, ce qui serait le mieux pour la nature; Que nul ne connaît entièrement la portée de ses actes, que la nature se débrouille souvent mieux d'elle même. Que souvent,voulant lui porter secours, elle ne parviens qu'à nuire. Car « même lorsqu'il croit bien faire, l'homme ne cesse d'engendrer des conséquences inattendues, des effets pervers. On détruit en France les renards parce qu'ils ont la...
tracking img