Dissertation sur le tourisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1134 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« On sait qu’un des effets du tourisme, là où il atteint sa plus grande densité, est la destruction de la beauté, de la poésie, de la solitude, dans les régions sur lesquelles il se répand. »

Le tourisme de masse commença à se développer lorsque les moyens de transport eurent progressé et que le nombre de gens bénéficiant de congés payés et de temps libre eut augmenté. Il s’oriente de plus enplus vers des destinations exotiques et envahit les pays du tiers monde qui sont aujourd’hui à la portée de beaucoup financièrement.
Mais quelles en sont les conséquences environnementales, culturelles et sociales ?
La question se doit d’être posée et nous tenterons d’y répondre en analysant pourquoi le tourisme de masse est un facteur destructeur.

Pour améliorer leur économie, certainspays à l’image du Pérou cherchent à attirer le plus grand nombre de touristes. Ils rencontrent aujourd’hui de nombreux problèmes liés à leur environnement.
Les pays en développement prisés par les touristes sont souvent des pays chauds avec une mer ou un océan. On assiste à une destruction du littoral pour la construction d’infrastructures destinées à répondre aux besoins des touristes (hôtels,parkings, ports, pistes de ski).
Le tourisme de masse nécessite des complexes hôteliers de plus en plus grands et les beaux paysages sont gâchés par des hôtels souvent en dysharmonie totale avec l’architecture locale.
Lorsqu’une piscine est installée dans un complexe hôtelier, cela coûte beaucoup d’eau au pays, à la population. En Tunisie, où l’on compte cinq millions de touristes par an, lamoitié de ses habitants connaît de graves problèmes d’eau.
La consommation de ressources naturelles pas ou peu renouvelables, la surexploitation des ressources (comme la récolte d’espèces rares, de coquillages), la surfréquentation ou la dégradation de milieux naturels, peuvent conduire à la destruction d’écosystèmes.
Les grandes croisières, le nautisme motorisé, le quad, la motoneige, laclimatisation des hôtels, peuvent encore fortement augmenter l’impact écologique et énergétique du tourisme, ainsi que sa contribution à l’effet de serre.
Les touristes sont une espèce très polluante qui ne se soucie guère des déchets qu’ils ont laissés et de l’état des lieux dès qu’ils sont partis.

Le tourisme est, par essence, un acte culturel puisque la personne qui se déplace vers d’autreslieux que celui où elle vit habituellement, va exercer un ensemble de pratiques en cherchant à y mettre un sens. En effet, le touriste sur le lieu de ses vacances exerce des comportements ne se matérialisant pas directement par un achat. A côté de la consommation des biens et services, il pourra exprimer son identité, imprimer une partie de sa personnalité et de ses désirs par ses relationsinterpersonnelles, ses valeurs.
Les pays visités changent au contact des touristes qui apportent d’autres façons de penser, d’autres coutumes, d’autres habitudes vestimentaires et alimentaires. Nous assistons à une invasion des produits américains, comme le fast food.
Beaucoup de touristes ne tiennent aucun compte des habitudes des indigènes, ils sont souvent blessants par ignorance des coutumesreligieuses ou vestimentaires d’un pays. Il ne convient pas de se promener nu sur une plage dans un pays qui ne l’accepte pas ou d’entrer dans une église en maillot de bain.
Le touriste participe de facto à la marchandisation des cultures et nuit à la préservation des coutumes locales, donc à leur « mise en scène », qui dégénèrent trop rapidement en simple folklore, comme les danses de bienvenuehawaïennes dépourvues de sens.
Le patrimoine d’un pays, en fait toute sa poésie et son charme. Comme le Maroc, qui possède un patrimoine culturel exceptionnel par sa qualité, sa diversité, son abondance et l’étendue chronologique qu’il recouvre. On assiste bien trop souvent à la privatisation du patrimoine.

Le tourisme de masse est créateur d’emplois mais ils s’adressent d’abord à une population...
tracking img