Dissertation sur les liaisons dangereuses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1160 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
19.01.2010
Dissertation
Les Liaisons dangereuses, roman épistolaire du XVIIIe siècle écrit par Pierre Choderlos de Laclos fut l’objet d’une adaptation cinématographique, en 1988, réalisé par Stephen Frears. Le scénario est lui, plus exactement adapté de la pièce de Christopher Hampton, elle-même adaptée du roman (qui remporta l’oscar du Meilleur Scénario d'adaptation). Nous verrons doncdans cette étude en quoi le roman de Stephen Frears est une réécriture du roman de Laclos. Dans un premier temps, nous étudierons les différentes manières selon lesquelles Stephen Frears adapta ce roman épistolaire à l’écran. Puis, dans un second temps, nous analyserons l’interprétation du roman donné par Stephen Frears durant son film.
Stephen Frears usa de différentes manières afin deréaliser l’adaptation la plus fidèle possible de cette oeuvre. ………...Tout d’abord, il conserva soigneusement l’essence même du roman : les lettres. En effet, on les retrouvera fréquemment durant le film. Dès le début de celui-ci, on découvre le titre écrit à la main dans unelettre cachetée adressé à Mme de Tourvel. Si l’on tient compte de la relation houleuse qu’elle entretiendra avec le Vicomte de Valmont durant le reste du film, on peut penser que cette lettre a pour but de la prévenir du danger de cette future relation et qu’elle annonce, par la même occasion, une grande partie de l’intrigue. Il faut également se rappeler qu’à plusieurs reprises, dans le film,on aperçoit les personnages entrain de lire ou d’écrire une lettre. Par exemple, lorsque Valmont écrit une lettre destinée à Mme de Tourvel sur le postérieur de Rachel ou encore lorsque Mme de Merteuil lit la lettre de Mme de Tourvel apportée par le Vicomte de Valmont. Stephen Frears utilisa alors beaucoup les voix-off lors de ces scènes. En effet, on entend toujours la voix de celui quiécrit (ou qui a écrit) la lettre, citant parfois des passages entiers du livre. Cela permet de renforcer l’importance de la lettre dans la scène. Ces passages (ou simples citations) sont également utilisés dans les dialogues pour respecter l’esprit des personnages et du roman. Ensuite, Stephen Frears nous permit de mettre un visage sur chaque personnage grâce aux acteurs(John Malkovich dans lerôle du Vicomte de Valmont, Gleen Close dans le rôle de Mme de Merteuil…), et nous replongea dans l’atmosphère du XVIIIe siècle grâce aux décors et aux costumes. La première scène illustre d’ailleurs parfaitement la vie des bourgeois du XVIIIe siècle, bien qu’il s’agisse d’un ajout personnel du réalisateur. En effet, on voit (en parallèle) Mme de Merteuil et le Vicomte de Valmont se préparer àleur réveil. Stephen Frears met alors parfaitement en scène le traditionnel ballet des domestiques autour de leur maître. Les servantes de Mme de Merteuil la maquillent, la sangle dans son corset, l’habillent de ses robes, jupons, collants… Quand aux valets, ils se chargent de chausser, habiller et coiffer Valmont. Ce dernier prend d’ailleurs soin à ne découvrir son visage que lorsqu’il estdéfinitivement près. Pour finir, je ferais remarquer que Stephen Frears matérialisa les plaisirs de la chair dans le film, thème principal et récurrent dans toute œuvre libertine. Sans tomber dans la pornographie, il ajoute une touche de sensualité impalpable dans le roman qui change la perception des rapports entre les personnages.………..Je conclurais en observant que pour rester fidèle à l’esprit du roman, le réalisateur n’a pas hésité à citer des passages entiers de l’œuvre et à mettre en scène le plus fréquemment possible les personnages entrain de lire ou d’écrire des lettres. Par quelque ajouts, il permet aussi au spectateur de mieux s’imprégner de l’atmosphère libertine du XVIIIe siècle....
tracking img