Dissertation sur l'afrique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (421 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Biens mal acquis » : France 24 trappe une vidéo « off »
dim déc 12 23:19 Par Rue89
Haut du formulaire
[pic][pic][pic][pic][pic][pic][pic][pic][pic][pic][pic][pic][pic]
Bas du formulaire

Lachaîne publique France 24 a retiré une vidéo potentiellement embarrassante de son site internet, à la demande d'une ambassade africaine, et sans en informer ses internautes. S'agissait-il d'uneparodie, comme le suggère l'explication officielle donnée en interne, ou d'un cas classique de pression diplomatique sur la « voix de la France » ? Les internautes auraient mérité une explication...
Cettevidéo est liée à l'affaire dite des « biens mal acquis », c'est-à-dire l'utilisation de l'argent de la corruption par des chefs d'Etat africains pour acheter des biens immobiliers en France. L'affaire,lancée par des associations (Sherpa, Transparence international (TI) France et le CCFD), et que nous avons régulièrement suivie sur Rue89, est engagée dans un parcours du combattant judiciaire, dontle dernier épisode, début novembre, est le feu vert de la Cour de cassation pour le renvoi du dossier devant un juge d'instruction.
Trois chefs d'Etat sont visés par cette enquête : Denis SassouNguesso du Congo, Ali Bongo du Gabon, et Téodoro Obiang Nguema de Guinée équatoriale.
Conversation « off » filmée
Le 28 novembre, les chefs d'Etat africains se retrouvent en sommet à Tripoli (Libye), etle président camerounais Paul Biya croise ses collègues du Sénégal, Abdoulaye Wade, et de Guinée équatoriale, Téodoro Obiang Nguema. Ils bavardent sous une tente tandis que les caméramen font leurtravail. Seul problème, leur conversation est également enregistrée.
La conversation, ou du moins ce qu'on en capte, révèle l'agacement des chefs d'Etat africains contre cette procédure en Francevisant trois d'entre eux et potentiellement d'autres comme Paul Biya, au pouvoir depuis plus d'un quart de siècle.
Disponible quelques jours sur le site de France 24, l'article racontant cette histoire,...
tracking img