Dissertation - vivre en ville au xixeme siècle en france

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1294 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Vivre en ville au XIXème siècle en France.

Le XIXème siècle, en France, voit des transformations profondes se mettre en place : la révolution industrielle, la croissance urbaine… Siècle qui s’étend de 1814 (début de la Restauration) à 1914 (fin de la Belle Epoque). Max Weber, dans son ouvrage “La ville“ (1921) affirmait que la ville « n’est pas une entité démographico-géographique, mais aussicomme le lieu du pouvoir, du politique, du conflictuel, de l’instable ». Cette instabilité a été marquée par l’apogée de l’exode rural dans la seconde moitié du XIXème siècle ; c’est-à-dire une migration importante des habitants des zones rurales, principalement la population agricole, vers les zones urbaines où l’emploi et les innovations lui permettent d’améliorer ses conditions de vie. Alors,comment les villes ont-elles évolué en France au XIXème siècle ? Et comment y vit-on à cette époque-là ? Dans la première moitié du XIXème siècle, les villes sont touchées par l’urbanisation. Puis, c’est à partir de la politique d’Haussmann qu’elles vont évoluer et, ainsi, changer la perspective des villes dans la deuxième moitié du XIXème siècle.

I. La ville dans la première moitié duXIXème siècle (1814-1854)

A. Migrants et étrangers dans la ville – l’aventure urbaine

Les populations pauvres et démunies qui ne trouvent plus de ressources dans les zones rurales, car trop d’habitants pour peu de travail (mécanisation agricole), migrent vers les villes telles que Paris qui voit, ainsi, sa population doubler au cours de la première moitié du XIXème siècle. D’autant plus queles villes ont besoin de main-d’œuvre dans le domaine de la domesticité et dans les usines ; seules les villes peuvent recueillir des infrastructures importantes (révolution industrielle).
Le gonflement des migrations temporaires s’accentue et la France voit son taux d’urbanisation augmenter : 21,5% en 1836 contre 19% en 1806. Les migrations temporaires ont crée un phénomène de rééquilibrage desrégions surpeuplées vers les régions dépeuplées (ex : les Belges s’installent en France du Nord, les Espagnols et Italiens dans la France du Sud). L’agglomération parisienne connait la croissance la plus rapide (1806 : 580 000 hab, 1851 : 1,37 million hab).
Les migrations temporaires pour un changement d’emploi, une recherche constante de la meilleure adéquation entre logement et ressourcespermettent aux migrants de s’installer définitivement.

B. Composition de la population urbaine

On remarque une division progressive des différentes couches sociales : les couches populaires (urbaines et ouvrières) et les couches moyennes. En effet, les couches populaires urbaines sont constituées d’ouvriers, de travailleurs indépendants et de domestiques. Beaucoup de femmes travaillent à domicileet dans l’industrie où elles ne possèdent que leur force de travail et leurs salaires sont nettement inférieurs à ceux des hommes. Leur condition de vie est précaire et se retrouvent à la périphérie des villes ou dans des quartiers ouvriers qui leur sont réservé (ex : Roubaix).
La bourgeoisie comprend des professions libérales et des hauts fonctionnaires. La bourgeoisie est le groupe social quitire le plus de profit des transformations économiques. Cette élite urbaine dispose de logements prisés : hauts plafonds, pièces vastes, jardin…
L’accroissement démographique permet à Paris d’atteindre le million d’habitants en 1846 contre 600 000 habitants en 1800. En 1821, le ¼ de la population française vit dans les villes. En 1945, la proportion sera de 45%. La ville de Paris a multiplié par6 sa population, entre 1811 et 1911, et Lyon l’a triplée.

C. Conditions difficiles pour la population urbaine

Même si l’accroissement démographique est important en zone urbaine, les structures des villes sont encore celles du Moyen-âge et deviennent surpeuplée et insalubre. En effet, les nouveaux venus sont entassés et des immeubles collectifs sont construits.
Malgré les structures...
tracking img