Dissertation l'art est il inutile

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1859 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Une œuvre d'art est-elle utile ?

Ce corrigé porte sur le sujet suivant : « Une œuvre d’art est-elle utile ? ».

Si apparemment l’œuvre d’art se suffit à elle-même, on peut se demander si elle est utile. Dans la société contemporaine, nous avons tendance à distinguer l’art des produits issus de l’industrie, dont la fin est d’être soit consommés, soit utilisés en vue d’un usage quelconque dontils ne sont que le moyen. Pourtant la satisfaction que l’on éprouve au contact d’une œuvre confère un sens à la question précédemment posée. Son élucidation nous permettra de (re)découvrir la raison d’être d’une œuvre d’art ; on la percevra de façon différente à quel titre elle peut ou non s’avérer utile - enjeux importants à l’heure où l’on déplore souvent la faible fréquentation des musées.Observons dans un premier temps ce qui nous inciterait à opposer art et utilité, avant de comprendre, dans un deuxième temps, l’utilité de l’art qui pourrait bien être, paradoxalement, de nous libérer d’un monde machinal et pragmatique, où prédomine la recherche de l’utile.

La recherche de la beauté idéale platonicienne est le propre de la Grèce Antique. En Occident, il faut attendre laRenaissance et le moment où l’art se dégage de l’idée exclusive d’un savoir-faire pour que les arts plastiques deviennent l’objet d’un discours théorique qui les consacre comme une activité autonome. En Chine, ce discours est élaboré depuis le VIIIe siècle après J.-C. et l’art y existe pour lui-même. L’œuvre d’art offre donc une impression d’autosuffisance.

Si apparemment elle se suffit à elle-même, onpeut se demander si une œuvre d’art est utile. Autrement dit, le produit d’une activité humaine, à laquelle il doit sa conception et sa réalisation, destiné a priori à la contemplation, peut-il être considéré comme un moyen en vue d'atteindre une fin quelconque ? Dans la société contemporaine, nous avons tendance à distinguer l’art des produits issus de l’industrie, dont la fin est d’être soitconsommés, soit utilisés en vue d’un usage quelconque dont ils ne sont que le moyen. Pourtant la satisfaction que l’on éprouve au contact d’une œuvre confère un sens à la question précédemment posée. Son élucidation nous permettra de (re)découvrir la raison d’être d’une œuvre d’art ; on la percevra de façon différente à quel titre elle peut ou non s’avérer utile - enjeux importants à l’heure où l’ondéplore souvent la faible fréquentation des musées.

Observons dans un premier temps ce qui nous inciterait à opposer art et utilité, avant de comprendre, dans un deuxième temps, l’utilité de l’art qui pourrait bien être, paradoxalement, de nous libérer d’un monde machinal et pragmatique, où prédomine la recherche de l’utile.

L’art qui vise la création du beau s’affranchit de l’utile.L’esthétique Kantienne insiste à la fois sur la liberté de l’artiste et sur l’impossibilité d’expliquer la beauté par une finalité extrinsèque à l’œuvre elle-même. Selon Kant dans Critique de la faculté de juger : " tout intérêt présuppose un besoin ou en produit un ". Or l’art, semble-t-il, ne répond à aucun besoin. L’art n’est pas nécessaire au maintien de la vie ; jusqu’à preuve du contraire, on peut sepasser de toiles de maître sans mettre sa vie en danger ! De fait, les fruits peints, en 1791 par J-B Siméon Chardin sur le tableau Le panier de fraises des bois, ne sollicitent pas notre gourmandise. Par ailleurs, une musique ne nous renseigne pas sur l’époque à laquelle elle fut composée. Ainsi l’art ne répond vraisemblablement pas non plus à un besoin culturel - qui varierait selon lesindividus ou les artistes et leur Histoire.

Derrière le besoin se profile le désir, comme manque dont la radicalité ne saurait se satisfaire d’aucun objet, s’accompagnant le plus souvent d’une souffrance. Or la réalisation ou la contemplation d’une œuvre d’art ne peut être source d’un tel désagrément que par effet interposé. Si un portrait nous rappelle quelqu'un qui était cher à nos yeux,...
tracking img