Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1586 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :
Forme du texte :
Le Mondain est un poème formé de décasyllabes. La disposition des rimes est souvent croisée (v.15 à 20). Des vers 1 à 4 les rimes sont embrassées et des vers 5 à 8, les rimes sont plates.

Contenu du texte :
Ce poème prend à contre-pied les croyances, les valeurs religieuses qui fondent l'idée du bonheur sur l'austérité et le sacrifice. Avec fantaisie,humour et même un certain désir de provocation, il trace le portrait de son époque (âge de fer) qu'il représente comme l'âge des plaisirs et du luxe (positive).
Conséquence : les images de l'âge d'or sont dénigrées, dévalorisées car il célèbre son temps en s'attachant à ce qui fait son abondance et en représentant des satisfactions que ne renierait pas un bon vivant.
Ainsi Le Mondain est unhymne à la vie et aux plaisirs.

Lecture du poème :

1

5

10

15

20

25

30

35

40
Regrettera qui veut le bon vieux temps,
Et l’âge d’or, et le règne d’Astrée,
Et les beaux jours de Saturne et de Rhée,
Et le jardin de nos premiers parents;
Moi, je rends grâce à la nature sage
Qui, pour mon bien, m’a fait naître en cet âge
Tant décrié par nos tristes frondeurs :
Cetemps profane est tout fait pour mes moeurs.
J’aime le luxe, et même la mollesse,
Tous les plaisirs, les arts de toute espèce,
La propreté, le goût, les ornements :
Tout honnête homme a de tels sentiments.
Il est bien doux pour mon coeur très immonde
De voir ici l’abondance à la ronde,
Mère des arts et des heureux travaux,
Nous apporter, de sa source féconde,
Et des besoins et desplaisirs nouveaux.
L’or de la terre et les trésors de l’onde,
Leurs habitants et les peuples de l’air,
Tout sert au luxe, aux plaisirs de ce monde.
O le bon temps que ce siècle de fer!
Le superflu, chose très nécessaire,
A réuni l’un et l’autre hémisphère.
Voyez-vous pas ces agiles vaisseaux
Qui, du Texel, de Londres, de Bordeaux,
S’en vont chercher, par un heureux échange,
De nouveauxbiens, nés aux sources du Gange,
Tandis qu’au loin, vainqueurs des musulmans,
Nos vins de France enivrent les sultans ?
Quand la nature était dans son enfance,
Nos bons aïeux vivaient dans l’ignorance,
Ne connaissant ni le tien ni le mien.
Qu’auraient-ils pu connaître? ils n’avaient rien,
Ils étaient nus; et c’est chose très claire
Que qui n’a rien n’a nul partage à faire.
Sobres étaient. Ah!je le crois encor :
Martialo n’est point du siècle d’or.
D’un bon vin frais ou la mousse ou la sève
Ne gratta point le triste gosier d’Ève ;
La soie et l’or ne brillaient point chez eux,
Admirez-vous pour cela nos aïeux ?
Il leur manquait l’industrie et l’aisance :
Est-ce vertu? c’était pure ignorance.

Voltaire, extrait de Le Mondain




Axes de lecture :
1° L'apologie de l'âgede fer
a) la critique de l'âge d'or
b) l'éloge du luxe, des plaisirs et du progrès
2° Une nouvelle idée du bonheur

PARTIE 1 : L'APOLOGIE DE L'AGE DE FER :

A) La critique de l'âge d'or

Voltaire commence par une évocation apparemment élogieuse de l'âge d'or. Des vers 1 à 4 il emploi des expressions positives sur cet âge, une anaphore de "et" et un effet de polysyndète(lorsqu'on a une multiplication des liens de coordination) ce qui crée un rythme vif, alerte, dynamique qui énumère les symboles de l'âge d'or. C'est une atmosphère euphorique.
Cependant, dès le 5ème vers, il accorde nettement sa préférence à "cet âge". Cette préférence est mise en relief par l'opposition entre "qui veut" (v.1) et "moi, je" (v.5) qui est une figure d'insistance sur la premièrepersonne car elle est en début de ce vers ce qui la met en valeur.
Les caractéristiques de l'âge d'or ne sont données que plus loin (v.30 à 43) et sur un ton de moquerie, de raillerie, de persiflage. Voltaire parle d'état "d'ignorance" (v.31) mais il l'associe à une sorte de puérilité car l'expression "nos bons aïeux" (v.31) connote un ton protecteur et peut-être de l'ironie. Il renvoie...
tracking img