Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (314 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Verdurin, deviendra le peintre Elstir dans A l’ombre des jeunes filles en fleur, peintre dont les
oeuvres susciteront l’admiration du narrateur. Brichot, universitaire et érudit, està l’instar de
Cottard, un personnage à la fois intelligent et ridicule. Il donne l’opportunité à Proust
d’exercer cet art de la parodie dans lequel il est passé maître :
« - Jecrois avoir entendu que le docteur parlait de cette vieille chipie de Blanche de
Castille, si j'ose m'exprimer ainsi. N'est-il pas vrai, Madame ? demanda Brichot à
Mme Verdurin qui,pâmant, les yeux fermés, précipita sa figure dans ses mains d'où
s'échappèrent des cris étouffés. Mon Dieu, Madame, je ne voudrais pas alarmer les
âmes respectueuses s'il y en a autourde cette table, sub rosa... Je reconnais d'ailleurs
que notre ineffable république athénienne - ô combien ! - pourrait honorer en cette
capétienne obscurantiste le premier des préfetsde police à poigne. Si fait mon cher
20
hôte, si fait, si fait, reprit-il de sa voix bien timbrée qui détachait chaque syllabe, en
réponse à une objection de M. Verdurin. LaChronique de Saint-Denis dont nous ne
pouvons contester la sûreté d'information ne laisse aucun doute à cet égard. Nulle ne
pourrait être mieux choisie comme patronne par un prolétariatlaïcisateur que cette
mère d'un saint à qui elle en fit d'ailleurs voir de saumâtres, comme dit Suger et autres
saint Bernard; car avec elle chacun en prenait pour son grade. » (Du côtéde chez
Swann, P.248)
Comme il le fera dans A l’ombre des jeunes filles en fleur avec le diplomate Norpois,
Proust excelle dans l’art de prélever les traits caractéristiques del’idiolecte d’un personnage
pour brosser son portrait. Dans cet étalage d

Lire la suite: http://www.litterales.com/document_disparu.php?id=894&table=litterature#ixzz19LmGob7V
tracking img