Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1887 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 avril 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
R : Dans Notes et Contre-notes, Ionesco compare les pièces de théâtres à un match. D’après lui, « Sans conflit, il n'y a pas de théâtre ».
Qu’apportent les scènes d’affrontement ? Le théâtre n’est-il qu’un lieu de confrontation ?
 
I- Une pièce de théâtre, un lieu de confrontation
Eugène Ionesco : « Il faut aller au théâtre comme on va à un match de football, de boxe, de tennis ».            A- Le théâtre, lieu d’oppositions
• Au théâtre, souvent deux camps sont opposés et le spectateur assiste à un match entre les deux équipes.
Développez cette idée avec un exemple de votre choix.
Ex : École des femmes de Molière. Agnès et Arnolphe, le camp de la jeune fille et de son « blondin », beaux et jeunes VS le camp du vieux barbon, ridicule et égoïste. => Les spectateurs soutiennent les jeunes !Chaque acte montre une progression de l’un des deux camps jusqu’à la victoire finale des deux amoureux, sous le regard content du public.
• NB : en Grèce, les acteurs portaient des masques qui permettaient de différencier les personnages (mais aussi leur rôle, leurs humeurs…).
Facile au théâtre d’opposer les personnages : jeu de l’acteur, des acteurs. Ex : un Harpagon peut être plus ou moins jouécolérique.
• La pièce peut mettre en scène l’affrontement de deux idées, idéologiques : dans Rhinocéros, Béranger VS les autres (et en premier lieu, il s’oppose à Jean, bien peigné, bien habillé). Il doit résister et se battre afin de ne pas devenir rhinocéros.
 
            B- Un lieu de heurts
• Beaucoup de déplacements sur scène.
• La représentation théâtrale peut être violente :physiquement ou mentalement. Violence des sentiments, des passions (développez un exemple : jalousie de Phèdre, violence de la passion d’Hermione…). Violence physique : fin d’Andromaque (la folie et la mort)
Véritables scènes de combats : Cf. Phèdre qui entraîne à la mort Hippolyte puis elle-même.
• Bérénice, a été critiquée parce qu'elle ne contenait pas de morts => Racine a contesté le traitementconventionnel de la tragédie.
• Le théâtre est un art de la représentation => le metteur en scène peut insister ou pas sur la violence des échanges.
=> Prenez une pièce que vous connaissez bien et montrer comment le théâtre, la scène permet la représentation du conflit. Ex : vous pouvez prendre par exemple Tartuffe, si vous l’avez vu représenté car l’opposition entre les « pro-Tartuffe » et les« anti-Tatuffe » est très nette.
 
            C- La mort sur scène
Afin de purger efficacement le spectateur comme le souhaitait Aristote, la solution pour le dramaturge serait de représenter la mort sur scène => Tentation de montrer le meurtre, la douleur des personnages, le sang… Un personnage ensanglanté, souffrant, agonisant => terreur et pitié du personnage.
• Cependant => principe de labienséance des règles classiques => afin de ne pas heurter le public : tout ce qui va contre la morale est banni (les scènes de violence, la mort, etc.) => Au XVIIe siècle, la bienséance rend le théâtre tragique un théâtre surtout de paroles.
=> La mort du héros constitue le dénouement typique d'une tragédie mais la mort n'est pas obligatoire.
« Ce qu'on ne doit point voir, qu'un récit nous l'expose,Les yeux en la voyant saisiront mieux la chose;
Mais il est des objets que l'art judicieux
Doit offrir à l'oreille et reculer des yeux ».
Boileau, l'Art poétique, 1674, chant III, vv.51-54.
• Maintenant que les règles ne sont plus si strictes, choix des auteurs et metteurs en scène de montrer ou pas la mort, voire le meurtre.
 
            ∆) La pièce de théâtre peut de nombreuses manièresmontrer les débats, des luttes, les oppositions. Le texte mais aussi la mise en scène entrent en jeu.
 
I. Le théâtre, espace qui se prête au débat d’idées.
            A- Le dialogue théâtral
• Le dialogue est marqué par la polyphonie : plusieurs personnes => plusieurs points de vue, polyphonie.
• Le dialogue => mettre en mots des notions abstraites ou morales ; faire...
tracking img