Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 42 (10412 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
PHILOSOPHIE CONTINENTALE : PHÉNOMÉNOLOGIE ET RELIGION ÉTUDE SOUMISE AU PROFESSEUR RICHARD KEARNEY DANS LE CADRE D’UN “MASTER OF ARTS IN PHILOSOPHY”

« LA CONSCIENCE DANS LE MAL » : CHARLES BAUDELAIRE ET LA QUESTION DE DIEU
GUILLAUME DELABY

University College Dublin – College of Human Sciences – School of Philosophy Mai 2006

Cette réflexion portera sans doute fort à propos son nomuniverstaire d’« essai », dans la mesure où les pages qui suivent constituent notre première tentative directe de dissertation philosophique sur le thème de Dieu – ou, plutôt, du divin, de la religion ou du (« fait » ou du « phénomène ») religieux, selon les hasards de langage contre lesquels l’esprit vigilant voudra se prémunir (de manière peut-être un peu superfétatoire, d’ailleurs, voire factice,car c’est naturellement la même chose, ou la même énigme, qui est visée à travers ces divers mots – sans quoi toute discussion sur ce thème serait impossible –, bien que l’incertitude de la forme, de la possibilité ou de l’existence de ce qu’ils visent soit entendue d’avance). À la manière de ce que Richard Kearney, empruntant ce néologisme au philosophe Irlandais William Desmond, nomme «métaxologie » dans l’introduction de son ouvrage The God Who May Be1, nous ne faisons donc nous-même qu’essayer ici une « voie médiane2 » (metaxy en Grec) pour aborder la question du religieux, « au milieu des extrêmes de l’absolutisme et du relativisme3 », et néanmoins attentifs à ce que ce « troisième canal4 » ne recèle pas non plus à nouveau l’un ou l’autre de ces deux courants extrêmes desquels ilprétend se dégager. La notion d’« essai » sur laquelle j’ai inauguré ce travail n’est pas un simple clin d’œil au contexte académique duquel il émerge : c’est aussi le principe de prudence (d’aucuns diront peut-être même d’humilité) à l’œuvre dans l’approche métaxologique que nous venons de présenter. Autrement dit, l’essai ne se laisse pas empêtrer dans le relativisme, car, fatalement, il emprunte uncanal et suggère, c’est-à-dire, en fin de compte, choisit; mais dans son choix, l’essai garde présent qu’ayant tiré il a cependant pu viser à côté ou manquer son coup, de sorte que c’est la conscience de ce risque qui, outre qu’elle veut lui éviter l’écueil de l’absolutisme et lui garantit sa prudence à l’égard de ce qu’elle avance, l’engage également dans un cercle herméneutique ouvert à ladiscussion et au progrès. Ce progrès, Ricœur le qualifie de « surplus de sens » issu de l’« interanimation5 » des interprétations herméneutiques – pensées, textes, discours, images, etc. – formant cette dynamique que Richard Kearney, selon une autre formule, appelle « métaphorologie6 », et dans laquelle nous espérons aussi pouvoir inscrire notre démarche. Ainsi, ce langage « hésitant et provisoire7 »,tentant de « dire l’indicible8 » ou de représenter l’irreprésentable, doit lui-même accueillir sans cesse d’autres pensées, d’autres textes, d’autres discours,
1 2 3 4 5 6 7 8

Richard Kearney, The God Who May Be, Indiana University Press, Bloomington et Indianapolis, 2001 Ibid., p. 6 Emmanuel Levinas, Le Temps et l’autre, Arthaud, Paris, 1984, p. 185 Richard Kearney, ibid., p. 8 Ibid., p. 7Idem. Idem. Idem.

d’autres images, etc., sous peine de tarir. S’il cesse d’être alimenté, ce cercle interprétatif risque en effet de s’évertuer dans l’infécond, puis de tourner à vide; d’être tautologique, voire totalitaire. Charles Baudelaire est l’homme que nous aimerions inviter à la table de discussion, non pour qu’il éclipse les discours sur Dieu des divers autres intervenants, ni pour radierou irradier les images qui ne sont pas les siennes, mais parce qu’à la question « d’où parlezvous ?9 », que m’adressera certainement le philosophe ou le curieux, je suis forcé de répondre que mes pensées actuelles sont encore tout imprégnées de récentes recherches10 menées sur l’auteur des Fleurs du Mal, et que je n’ai pu aborder le cours de phénoménologie de la religion11 dans le cadre...
tracking img