Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1077 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1. Le roman et le héros

A- Des destins d'exception

* Les histoires des romans doivent sortir de l'ordinaire
Cf. la vie de Julien Sorel dans Le Rouge et le Noir de Stendhal.

* Ex : les romans d'apprentissage. Le héros, jeune homme souvent plein de grâces (Cf. Julien Sorel assimilé à une « jeune fille déguisée »), est à la conquête de la capitale (héroïsme) => paysan (JulienSorel ou Duroy de Bel Ami) ou aristocrate ruiné (Cf. Rastignac), il est désireux d'échapper à son milieu et est près à tout pour arriver. Ambition et réussite.

* Ex : les romans de capes et d'épées ou d'aventure => d'Artagnan... sont devenus des sortes de légendes.



B- Des caractères non communs

* Les personnages de roman ont souvent des personnalités fortes etcomplexes.

*Personnalités hors du commun : Mme de Merteuil dans Les Liaisons dangereuses de Laclos ; ou Valmont dont le cynisme cache parfois une vraie tendresse.

R : le personnage est aussi doté un physique particulier => Cf. la beauté sans pareil de la Princesse de Clèves.

Ex : Félicité Rougon, que l'on retrouve dans de très nombreux romans des Rougon-Macquart, est caractérisée par sonâpreté aux gains, son envie de pouvoir. L'image de cette petite femme manipulatrice est très marquante => héroïne.

* Passions absolues : on pense à la passion que voue Des Grieux à Manon Lescaut dans l'oeuvre de Prévost => il se fâche avec son père, part en Amérique avec la jeune femme qui, pourtant, l'a plusieurs fois trompé.



C- La nécessité del'exemplarité

* Le romancier a besoin que ses histoires soient lues.

=> il va donc tout faire pour intéresser son lecteur.

* Le romancier, grâce à sa plume, peut rendre héroïque, l'action ou la vie d'un personnage. En effet, il peut par les images, le rythme... rendre exemplaire le destin de personnages pourtant médiocres.

Ex : Gervaise dans L'Assommoir de Zola est une pauvre femme, à la vietristement noire et « banale ». Pourtant, Zola fait d'elle un personnage exemplaire - idem pour Nana ou le docteur Pascal.
Le roman met en scène des personnages qui ne sont pas sans éclat, des personnages qui, au contraire, ont du tempérament ou une histoire étonnante - et si ce n'est pas le cas, l'écriture se charge de renforcer l'épique, l'extraordinaire de sa situation.



2. L'existence depersonnages médiocres

Bien que les romans apprécient surtout les héros, certains auteurs ont insisté sur la médiocrité de leurs héros.

A- Les romans réalistes et/ou naturalistes

* Les romanciers réalistes veulent peindre leurs personnages et leurs milieux de manière objective.

=> Les auteurs montrent et insistent sur les mauvais côtés des personnages ou leurs aspectscommuns.

Par exemple, Charles Bovary est une sorte de anti-héros ; il est falot, sans envergure. (Il n'est pas le prince charmant qui fait rêver...).

* Pour Zola, « le premier homme qui passe est un héros suffisant ». Chacun peut être un héros, même les descendants des Macquart qui sont tous des personnages soit alcooliques (oncle Macquart), soit à petite vertu (Nana), etc.

* Georges Duroy dansBel-Ami, apparaît finalement comme quelqu'un de très médiocre, aux manières douteuses et qui n'a pas l'éclat d'un Valmont.



B- Le personnage au comportement proche de l'absurde

* Certains romanciers ont fait de leur héros un personnage médiocre mais afin de souligner la contingence, l'absurde (ex : Roquentin dans La Nausée de Sartre => aussi peu engageant que sa propre vie).Ex : Meursault dans L'Étranger de Camus => il tue « l'Arabe » sans savoir bien pourquoi, il menait avant cela une petite vie sans beaucoup d'intérêt, il ne connaît pas de sentiments très très forts (la mort de sa mère l'attriste peu...).

Ex : Bardamu dans Voyage au bout de la nuit de Céline est un personnage peu sympathique, un peu lâche m ais en même temps, les descriptions qu'il...
tracking img