Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1038 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Discutez la forme de Mallarmé: "Ce n'est point avec des idées qu'on fait des vers... c'est avec des mots."

Mallarmé est un poète français, initiateur d’un renouveau de la poésie du XIXème siècle.
Le mot poésie vient d'un verbe grec qui signifie « produire », « créer ». Ainsi le poète exploite la langue pour inventer et créer un art qui mêle sonorités, rythmes et mots pour évoquer des images,suggérer des sensations ou des émotions. C’est dans cet esprit que Mallarmé, dans son œuvre Variété dit : « Ce n’est point avec des idées qu’on fait des vers… c’est avec des mots. »
Une idée donne pour définition l’élaboration originale de la pensée, une conception neuve de quelque chose, une trouvaille.
Il s’agira donc de discuter la formule de Mallarmé autour d’un plan dialectique.Dans un premier temps, il nous faudra déterminer l’aspect esthétique de la poésie dans sa construction concrète, dans son rapport directe avec les mots pour comprendre le point de vue de Mallarmé.
Ensuite, il nous faudra développer la poésie en tant que moyen d’expression des pensées et des sentiments, au-delà du mot.
Afin de lier ce qui aura été développé auparavant, nous tenterons, ensynthèse, de montrer que l’écriture se met au service de la pensée, que les idées et les mots sont complémentaires.

Tout comme Baudelaire, Rimbaud, Verlaine ou encore Valéry qui disait « Nul ne s’était risquer à représenter le mystère de toute chose par le mystère du langage », Mallarmé appartient donc au symbolisme qui oscille entre des formes capables à la fois d'évoquer une réalité supérieure etd'inviter le lecteur à un véritable déchiffrement : d'abord voué à créer des impressions, notamment par l'harmonie musicale des mots.
En effet, le mot est pour la poésie et le vers un matériau essentiel, majeur selon Mallarmé. Il est « pluriel », polyvalent, puisqu’il offre une multitude de possibilités concernant le sens et le son. Baudelaire, de cet avis, disait dans son œuvre LesFleurs du Mal, considéré comme un ancêtre du symbolisme la chose suivante: « Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. »
C’est la succession de mots qui construit le vers, qui fabrique la rime. Il est un « outil » comme l’écrit Tardieu dans son poème Outils posés sur une table. Il est comme le décor au théâtre, le déguisement, le vêtement du poème, comme la palette de couleur dupeintre. Il doit plaire, attirer, séduire, toucher et Mallarmé disait à ce sujet : « Peindre non la chose, mais son effet. »
Le poète apprivoise les mots comme les mots se servent du poète. Ils sont complémentaires, complices et vont jusqu’à former « un couple heureux » selon Bosquet dans Un jour après la vie.
Les mots ont même droit à une personnification. En effet,Queneau, dans La Chair chaude des mots propose ceci au lecteur : « Et sens leur cœur qui bat comme celui du chien », pour laisser vivre les mots et leur impact.

Evidemment, la poésie ne se résume pas à uniquement à choisir une liste de mots que l’on va additionner pour former un vers, puis un poème. La poésie, à toute époque, est utilisée par les poètes comme moyens de communication, detransmission, de revendication.
La poésie engagée est une poésie d’idées revendiquées. Victor Hugo la représente parfaitement et s’oppose Mallarmé en ces termes : «Les mots manquent aux émotions ». Il est un intellectuel engagé socialement et politiquement. La poésie est pour lui un « messager » de ses idées. Il écrit par exemple deux romans où il présente son dégoût de la peine de mort : Le Dernier Jourd’un condamné et Claude Gueux. Ici donc, c’est l’envie d’exprimer un ressenti, une opinion qui amène poète à poser des mots sur ses convictions, afin de les partager.
La poésie se veut également lyrique, et l’inspiration est ici aussi importante que les mots, puisqu’elle va puiser dans les sentiments profonds, dans l’amour, dans les rêves, les désirs, l’éphémère. Elle parle de la...
tracking img