Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (611 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction
Une saison en enfer est écrit en 1873, lors d’une période troublée de la vie de Rimbaud. Période qui s’achèvera sur le plan personnel par l’emprisonnement de Verlaine qui l’a blessélégèrement en lui tirant dessus le 10 juillet 1873 et sur le plan littéraire par la rédaction et la publication de ce recueil, le seul publié par Rimbaud. Si ce recueil semble être l’expression d’unerévolte personnelle et identitaire, il est surtout remise en question de l’idéal poétique qu’il avait exprimé à travers ses poèmes de jeunesse et dans les deux lettres dites du Voyant, en mai 1871.

UneSaison en enfer se compose de neuf textes : le premier sans titre « Jadis si je me souviens bien », puis « Mauvais Sang », « Nuit de l’enfer », « Délire I », « Délire II », viennent ensuite «L’Impossible », « L’Eclair », « Matin », « Adieu ». Le titre évoque bien une damnation mais temporaire, cette idée semble présente dans la composition du recueil qu’on a l’habitude de diviser en deux grandsmouvements, un premier très pessimiste qui se termine par « Délire II. Alchimie du verbe » où il critique sa propre poésie avant d’aborder un second mouvement qui apparaît comme une remontée vers lesalut.

Nous verrons que le prologue d’Une Saison en enfer est l’occasion de renier le paradis pour réclamer la damnation, damnation qui se fera par le recueil.

I. UN IDEAL PERDU ET CONGEDIE

Lerecueil Une Saison en enfer débute donc par ce poème en prose qui annonce et marque une rupture avec une forme d’harmonie lointaine et récusée, il est l’occasion de congédier la muse et la beauté pourmieux rompre avec le passé et par-là même invoquer des puissances négatives et se complaire dans le chaos crée par cette révolte et cette destruction.

a) Harmonie lointaine

Le poème s’ouvre surl’évocation d’un paradis perdu, d’un idéal qui devient insatisfaisant et s’efface, cette harmonie disparaissante est néanmoins perceptible dans la première phrase, remarquable de par son rythme...
tracking img