Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1156 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Kant et la philosophie de l’histoire

Dans ses écrits sur l’histoire (en particulier Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique, 1784) Kant cherche à répondre à la question : “l’histoire humaine a-t-elle un sens, c’est-à-dire peut-on considérer qu’elle suit un plan ?” Autrement dit, présente-t-elle un ordre et à la fois une orientation ? Ou bien doit-on considérer “en finde compte, que tout, dans l’ensemble, découle de la folie, de la vanité puérile, souvent aussi d’une méchanceté et d’une soif de destruction puériles” ? Si l’optimisme et la foi dans une rationalité immanente à l’histoire ne nous semblent pas tenables lorsque nous considérons le spectacle du monde (et ce de manière quotidienne et évidente quand nous égrenons “l’actualité”), doit-on pour autant serésigner, avec plus ou moins de cynisme, à renoncer à l’idée d’un sens possible de l’histoire humaine ? Autrement dit, doit-on faire notre deuil de l’idée que l’humanité puisse aller vers un “état futur possible et meilleur” (Kant, Réflexions sur l’éducation) ? Un progrès n’est-il pas pensable, ailleurs que dans les sciences et techniques, c’est-à-dire soit moralement, soit juridiquement ?Enfin, à ces questions, Kant en ajoute une : A supposé que l’on (le philosophe) puisse forger cette idée, qu’en est-il de sa réalité pratique ? Est-elle condamnée à ne rester qu’un rêve de et pour philosophes, ou bien correspond-elle à un processus réel de l’histoire ?
La position de Kant relativement à ces questions ne fait pas comme si le divorce entre théorie et pratique n’était qu’apparent. Aucontraire la doctrine morale de Kant a consommé ce divorce, qu’elle a inscrit au sein même de la nature humaine conçue comme double : l’homme comme être de la nature est ainsi au même titre que tous les êtres naturels soumis à de multiples déterminismes et sujet aux penchants des intérêts et des désirs (et il semble bien, de ce point de vue, qu’aucune action moralement pure ne soit possible); maisl’homme, en tant qu’être raisonnable (ou esprit) découvre en lui une loi morale à laquelle cette “autre nature” lui commande d’obéir.
Les œuvres de Kant sur l’histoire ont pour objet de penser la possibilité d’une réconciliation en l’homme (pas au niveau individuel, mais au niveau de l’espèce, donc dans la suite des générations, c’est-à-dire dans l’histoire) de ces deux réalités, sensible etintelligible. Kant philosophe tout à la fois politique, de l’histoire et du droit (dans des œuvres comme Idée d’une..., Qu’est-ce que les Lumières ?, Vers la paix perpétuelle ou Le conflit des facultés) veut tenir à la fois l’exigence du réalisme propre au politique et l’exigence morale du philosophe ou du moraliste.
Aussi tient-il à montrer, comme il le dit dans Vers la paix perpétuelle(annexe 1), que “le problème de l’institution de l’Etat, aussi difficile qu’il paraisse, n’est pas insoluble, même pour un peuple de démons (pourvu qu’ils aient un entendement)”. Autrement dit le progrès sinon moral, du moins politique ou juridique de l’humanité, ne requiert pas des hommes qu’ils le veuillent consciemment, c’est-à-dire qu’ils veuillent se conduire conformément au droit, ou plus,moralement; il suffit qu’ils ne fassent que calculer correctement leurs véritables intérêts (ici il faudrait évidemment évoqué un conflit probable entre des intérêts compris à court terme et à une échelle locale et des intérêts à long terme et couvrant des horizons de plus en plus vastes (du national au cosmopolitique)). Ainsi, ce n’est pas parce que les hommes écouteraient les philosophes ou leurpropre raison qu’ils sortent de l’état de nature pour entrer dans un état légal, mais parce que la nécessité les y pousse, c’est-à-dire la volonté toute pragmatique de faire cesser les conflits. Ce qui est vrai pour les individus l’étant aussi pour les Etats : s’ils décident d’instaurer entre eux des relations juridiques, ce n’est pas avant tout par respect pour le droit mais parce que nécessairement...
tracking img