Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2324 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Exercice passerelle 3ème / 2nde : la scène de première rencontre.
Ce groupement de textes sera proposé aux élèves de 3ème en fin d’année. Ils devront rédiger deux paragraphes structurés et argumentés dans lesquels ils montreront tout d’abord comment se construit la scène de première rencontre puis la manière sont dont les sentiments des personnages sont exprimés. Au début du mois de septembre,les enseignants de 2nde reprendront ce groupement pour faire un travail plus spécifique sur le paragraphe de commentaire. Texte 1 : La Princesse de Clèves, Madame de Lafayette (1678) Nous sommes au 16ème siècle, à la cour d’ Henri II et Catherine de Médicis. Un bal est donné pour les fiançailles de la Dauphine, Marie Stuart avec l’héritier du trône. Le Prince et la Princesse de Clèves y sontconviés. Cette dernière, âgée de seize ans et demi, est réputée pour sa grande vertu et sa fidélité à un mari plus âgé qu’elle n’aime pas. Au bal, elle va rencontrer le Duc de Nemours, un brillant gentilhomme dont les conquêtes amoureuses ne se comptent plus et qui est sur le point d’épouser la reine d’Angleterre… Elle avait ouï parler de ce prince à tout le monde comme de ce qu’il y avait de mieux faitet de plus agréable à la cour ; et surtout Mme la dauphine¹ le lui avait dépeint d’une sorte et lui en avait parlé tant de fois qu’elle lui avait donné de la curiosité, et même de l’impatience de le voir. Elle passa tout le jour des fiançailles chez elle à se parer, pour se trouver le soir du bal et au festin royal qui se faisait au Louvre. Lorsqu’elle arriva, l’on admira sa beauté et sa parure ;le bal commença et, comme elle dansait avec M. de Guise, il se fit un assez grand bruit vers la porte de la salle, comme de quelqu’un qui entrait et à qui on faisait place. Mme de Clèves acheva de danser et, pendant qu’elle cherchait des yeux quelqu’un qu’elle avait dessein de prendre, le roi lui cria de prendre celui qui arrivait. Elle se tourna et vit un homme qu’elle crut d’abord² ne pouvoirêtre que M. de Nemours, qui passait par-dessus quelques sièges pour arriver où l’on dansait. Ce prince était fait d’une sorte qu’il était difficile de n’être pas surprise³ de le voir quand on ne l’avait jamais vu, surtout ce soir-là, où le soin qu’il avait pris de se parer augmentait encore l’air brillant qui était dans sa personne ; mais il était difficile aussi de voir Mme de Clèves pour lapremière fois sans avoir un grand étonnement⁴. M. de Nemours fut tellement surpris de sa beauté que, lorsqu’il fut proche d’elle, et qu’elle lui fit sa révérence, il ne put s’empêcher de donner des marques de son admiration. Quand ils commencèrent à danser, il s’éleva dans la salle un murmure de louanges. Le roi et les reines se souvinrent qu’ils ne s’étaient jamais vus, et trouvèrent quelque chose desingulier⁵ de les voir danser ensemble sans se connaître. Ils les appelèrent quand ils eurent fini sans leur donner le loisir de parler à personne et leur demandèrent s’ils n’avaient pas bien envie de savoir qui ils étaient, et s’ils ne s’en doutaient point.
1. L’épouse de l’héritier du trône (ici Marie Stuart) - 2. Dès l’abord, tout de suite.- 3. Sens fort : étonné. - 4. Admiration (qui éblouit etqui aveugle.)-5. Unique en son genre, rare.

Texte 2 : Manon Lescaut, l’Abbé Prévost (1731)

Au cours de l’un de ses voyages, le narrateur, le Marquis de Renoncour, rencontre à Calais un jeune homme dont le chagrin le frappe. C’est le Chevalier des Grieux qui va lui raconter sa propre histoire et celle de Manon. J’avais dix-sept ans et j’achevais mes études de philosophie à Amiens où mesparents qui sont une des meilleures maisons de P…, m’avaient envoyé. Je menais une vie si sage et si réglée que mes maîtres me proposaient pour l’exemple du collège. J’avais marqué le temps de mon départ d’Amiens. Hélas ! Que ne le marquais-je pas un jour plus tôt !… J’aurais porté chez mon père toute mon innocence… La veille même de celui que je devais quitter cette ville, étant à me promener...
tracking img