Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3900 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La mixité de genre peut-elle et doit-elle exister dans les pratiques sportives ?
Définir :
* Mixité de genre : Sexe = différenciation biologique
Genre = « système de croyances », d’attributs psychologiques, d’activités de rôles, de statuts sociaux culturellement assignés à chaque catégorie de sexe
La détermination biologique de sexe oriente la construction culturelle et sociale du genremais il n’y a pas de caractère inéluctable entre les deux (sinon préjugés-stéréotypes)
* Pouvoir : Possibilité d’exister
* Devoir : Obligation d’exister
* EGALITE
« La même chose pour tous »
EQUITE
« Des choses différentes pour des individus différents »
* Pratiques sportives au sens large : se définit comme la pratique d’un sport, aussi bien en association ou en club, qu’àl’extérieur d’une structure organisée. Cette pratique peut être occasionnelle ou non, allant même jusqu’à la compétition.
Genre = Féminin, masculin
Il y a plusieurs mixités. Nous allons nous poser la question :
Reproblématisation : Quelle est la mixité souhaitable dans les pratiques sportives ?
Annonce du plan :
I) Accès pour tous au sport (sans différenciation, ni modification des règles)II) Différenciation hommes/femmes (règles, caractéristiques de chacun)
III) Mixité extrême (même équipe)

MIXITE DE GENRE DANS LE SPORT

Les préjugés perdurent
Ces chiffres sont loin d'être glorieux... Mais, si l'on se souvient qu'il y a un siècle, Pierre de Coubertin déclarait :
"Une olympiade de femelles est impensable, elle est impraticable, inesthétique et incorrecte."; quand onconsidère que le nombre de licences féminines dans les fédérations sportives a triplé entre 1971 et 1994, la situation apparaît sous un jour plus optimiste.
Il reste pourtant une rude partie à mener contre des préjugés extrêmement pugnaces, ceux qui touchent à l'image du corps de la femme. Une musculature développée, des affrontements entraînant un contact physique direct (la lutte, la boxe) sontencore jugés inconvenants, voire répugnants par de nombreuses personnes - des femmes aussi, hélas ! Pour que cette rétrograde conception de la "féminité" disparaisse, il faudra que l'école s'en mêle

Tableau 1 : Fédérations à dominante féminine (Plus de 50%) en 200
Fédérations à dominante féminine | % de femmes | Total licences | Famille |
FF de danse | 98% | 41318 | |
FF d'éducationphysique et de gymnastique volontaire (FFEPGV) | 94,2% | | |
FF de twirling bâton | | | |
| | | |
| | | |
| | | |

Korfball : le sport mixte de la Flandre
Proche du basket-ball, le korfball est pratiqué aux Pays-Bas et en Belgique. Son nom signifie en néerlandais "balle du panier". L'originalité de ce sport réside dans la mixité des équipes : 4 hommes et 4 femmes paréquipe. Il se pratique en salle et en extérieur. Le championnat du monde a lieu tous les quatre ans depuis 1978.

Sports où les femmes sont de plus en plus présentes
Les femmes et le sport en chiffres
Les femmes sont de plus en plus nombreuses à pratiquer une activité physique et sportive régulière, elles sont environ 48% aujourd’hui alors qu’elles n’étaient que 9% en 1968. Depuis 1971, le nombre depratiquantes a été multiplié par 3,5.Malgré cette évolution de la pratique sportive des femmes, le sport féminin est encore très différent du sport masculin. D’après un article paru dans La Lettre du Sport (n° 129), et selon une étude menées auprès des fédérations françaises olympiques (données datant de 1997), les fédérations les plus féminines seraient la FFT (Fédération Française de Tennis),la FFG (Fédération Française de Gymnastique) et la FFE (Fédération Française d'Equitation).
Les sportives de haut niveau représentent seulement 33% des 6 000 sportifs de haut niveau reconnus. Leur présence dans les métiers du sport est minime par rapport aux hommes : d’après les chiffres du Ministère de la Jeunesse et des Sports, les femmes représentent 46% des enseignants d’EPS, mais...
tracking img