Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (307 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
je médite sur l'ordre de l'univers , non pour l'expliquer par de vains systèmes, mais pour l'admirer sans cesse, pour adorer le sage auteur qui s'y fait sentir.Je converse avec lui , je pénètre toutes mes facultés de sa divine essence; je m'attendris à ses bienfaits, je le bénis de ses dons; mais je ne le prie pas; que luidemanderais-je ? Qu'il change pour moi le cours des choses, qu'il fît des miracles en ma faveur? Moi qui dois aimer par-dessus tout l'ordre établi par sa sagesseet maintenu par sa providence, voudrais-je que cet ordre fût troublé par moi ? Non, ce voeu téméraire mériterait d'être plutôt puni qu'exaucé. Je ne lui demandepas non plus le pouvoir de bien faire ; pourquoi lui demander ce qu'il m'a donné? Ne m'a-t-il pas donné la conscience pour aimer le bien , la raison pour leconnaître , la liberté pour le choisir? Si je fais le mal , je n'ai point d'excuse ; je le fais parce que je le veux ; lui demander de changer ma volonté, c'est luidemander ce qu'il me demande; c'est vouloir qu'il fasse mon oeuvre et que j'en recueille le salaire ; n'être pas content de mon état , c'est ne vouloir plus être homme,c'est vouloir autre chose que ce qui est , c'est vouloir le désordre et le mal. Source de justice et de vérité, Dieu clément et bon ! dans ma confiance en toi , lesuprême voeu de mon coeur est que ta volonté soit faite . En y joignant la mienne, je fais ce que tu fais, j'acquiesce à ta bonté ; je crois partager d'avance lasuprême félivité qui en est le prix.

Rousseau,Emile,IV, (1762)
tracking img