Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (268 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :

Je peux être myope ou presbyte et avoir ainsi une image déformée des choses ; je peux être partiellement sourd, et mal percevoir des sons, ou nepas percevoir certaines fréquences, etc. un bâton plongé dans l’eau m’apparaît cassé : je le retire de l’eau et constate qu’il est en réalité droit ; assis dans untrain, je crois que mon train démarre, alors que c’est celui de la voie voisine qui s’ébranle ; une bille roulée entre mon index et mon majeur croisés me paraîtdouble. Quotidiennement nous expérimentons des erreurs de nos sens que nous qualifions de défaillances ou d’illusions sensorielles.
Cependant, quand elle dénonce cesdéfaillances ou ces illusions sensorielles, la conscience commune le fait en les opposant aux perceptions normales et correctes des sens : elle pose donc, que, dansleur fonctionnement habituel, normal, les sens nous font percevoir correctement les choses, telles qu’elle sont réellement, tandis que, dans le cas desdéfaillances, pathologiques ou non, ainsi que des illusions, ils nous trompent. Il existerait donc des perceptions vraies, qui fourniraient nos connaissances et des perceptionsfausses.
Mais dès lors, que les mêmes sens sains, qui « normalement » sont supposés percevoir les choses telles qu’elles sont, peuvent percevoir dans certains casdes choses fausses, comment puis je être sur, lorsque je perçois, que je suis dans le 1er cas et non dans le 2d ? la suspicion est ainsi jetée sur la fiabilité dessens et cette suspicion peut devenir une défaillance complète, qui conduit à soutenir qu’ils ne fournissent pas nos connaissances. Qu’en est il en réalité ?
tracking img