Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1916 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : La Fontaine disait « Il faut plaire pour instruire ». Dans quelles mesures cette affirmation peut-elle s’appliquer aux écrits des Lumières ?

Introduction
Le XVIIè siècle est le siècle qui voit se développer le classicisme, courant littéraire, nommé à posteriori, qui se développe en France. Il se définit par un ensemble de valeurs et de principes qui dessinent un idéal s’incarnantdans l’ « honnête homme » et il développe une esthétique fondée sur une recherche de la perfection. L’un de ses représentants, Jean de La Fontaine (1621-1695), est célèbre pour ses recueils de Fables (1668 et 1678), principale œuvre poétique de cette période et l’un des plus grand chefs-d’œuvre de la littérature française. Les écrivains classiques puisent leur inspiration dans l’Antiquité etobéissent à deux règles d’or : « Plaire et instruire ». La Fontaine affirme dans la Préface de son premier recueil au sujet de la fonction de la fable : « Il faut plaire pour instruire ».
Dès lors plusieurs questions se posent : Faut-il plaire pour instruire ? Cette fonction de la littérature peut-elle concernée d’autres écrits de périodes historiques différentes ? Dans quelles mesures pourrait-elles’appliquer aux écrits des philosophes des Lumières ?
C’est ce que nous allons voir en nous intéressant d’abord à la signification de cette maxime au XVIIè s ; puis nous nous verrons dans quelles mesures « faut-il plaire pour instruire » au XVIIIè s et enfin nous envisagerons les limites de cette affirmation.

Développement

I. Que signifie « Il faut plaire pour instruire » au XVIIè siècle ?

1)Origines
« Plaire et Instruire » sont un précepte énoncé par le poète latin Horace dans Art poétique pour définir la fonction de la poésie = littérature dans l’Antiquité : « Il obtient tous les suffrages celui qui unit l’utile à l’agréable, et plaît et instruit en même temps. » Pour les auteurs classiques, le but essentiel de l’art est de « plaire et d’instruire » dans le sens où l’art doitprovoquer la réflexion par le biais d’une forte réaction émotionnelle (rires, pleurs, terreurs…) sinon, l’art reste superficiel et inutile.

2) Dans le genre poétique :
Depuis l’Antiquité, les fables sont des apologues c’est-à-dire de courts récits écrits en vers qui visent à donner aux lecteurs une leçon. La Fontaine s’inspire d’œuvres antiques (textes en prose d’Esope, fabuliste grec du VIè s avJC) pour écrire ses Fables en vers et plus au goût de ses contemporains. Pour critiquer les défauts des hommes et de sa société, sans craindre la censure, il a personnifié des animaux comme par exemple « Le Loup et l’Agneau » ou des éléments de la nature tels que « le Chêne et le Roseau ». La morale est souvent exprimée soit au début, soit à la fin du poème, mais elle est aussi parfois implicite.Grâce aux procédés stylistiques tels que la versification ou la personnification, l’auteur parvient à divertir ses lecteurs pour mieux faire passer sa moralité (= « l’âme » de la fable ≠ « le corps « ). La Fontaine voulait faire retrouver leur esprit d’enfant à ses lecteurs, que demander de plus plaisant pour instruire ?

3) Dans le genre théâtral :
Les règles du théâtre classique : à partirde 1630 plusieurs règle s’imposent aux dramaturges car elles renforcent l’illusion théâtrale : elles aident le spectateur à faire comme s’il assistait en direct à l’action jouée sur scène. Elles apportent le charme qui séduit, le sublime qui bouleverse. Il s’agit de la règle des trois unités (unité de lieu, d’action et de temps), le souci de la vraisemblance et le respect de la bienséance (ne paschoquer le spectateur par des scènes de brutalités, des vulgarités…) Molière, Corneille, Racine mettent en pratique ces règle sdans leurs œuvres. Mais Molière est celui qui eut le plus de mal à brider son inspiration dans ces règles théâtrales. Influencé par le public spontané de la comédie, dont le rire reste le meilleur garant d’efficacité, il eut à cœur de subordonner les règles au...
tracking img