Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1986 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

Passer les systèmes d'information au crible de leur utilité pour l'entreprise, paraître ainsi les mettre en question, ce programme est propre à rebuter plus qu'à séduire. N'est-ce pas dangereux ? Est-ce vraiment utile ? N'est-ce pas même entreprendre une course à l'impossible ? Telles sont les trois questions qui se posent, pour peu que l'on veuille examiner le bien-fondé de cetexte avant d'y entrer.

Est-ce dangereux ? Sans doute ce projet peut-il paraître insolite et même dérangeant pour l'esprit. Insolite, car les systèmes d'information jouent un rôle désormais irrévocable dans les entreprises. Beaucoup, parmi celles-ci, doivent à l'informatique une partie de leur progrès et de leur développement, au point que l'information paraîtrait presque mue par une forceinfaillible. Témoin les livres et les magazines professionnels, dont le contenu reste entièrement technique. Dans ces conditions, on ne voit pas, a priori, quelles questions devraient se poser.
Dérangeant pour l'esprit, car la critique (c'est-à-dire l'examen de la valeur par rapport au but) reste peu courante dans ce domaine. Non que l'on craigne une attaque passionnée contre les principes del'information, au but de saccager les ordinateurs, mais plutôt une remise en ordre des habitudes.
En réalité, un danger (plus réel celui-là, du fait de l'importance croissante de l'information) vient de l'absence même d'un effort critique. Sous couvert d'objectivité, un système d'information contient sa propre logique ; il peut aller à l'encontre des objectifs de l'entreprise et des défis lancés auxutilisateurs. (Nous verrons ces points.) S'il est question, dans ce mémoire, d'utilité réelle de l'information et de mise à nu des dogmes, la menace porte seulement à l'encontre des opinions établies mais fallacieuses.

Est-ce utile ? À bien des égards, l'outil informatique reste privilégié par rapport au management de l'information. Dirigeants comme organisateurs s'en remettent aux méthodes desinformaticiens. Cette primauté des techniques, régulièrement dénoncée depuis plus de trente ans, reste peu combattue dans les faits. L'informatique et le management correspondent à deux optiques distinctes dont l'ajustement — légitimant la notion de système d'information — ne peut se faire d'un coup. De là un constat : selon une estimation largement admise, trois projets informatiques sur quatre sontvoués à l'échec. Dans ces conditions, toute contribution, même minime, à un équilibre entre management et informatique trouve son utilité. En particulier, ce texte vise à confronter le référentiel de l'informatique à celui du management, et les informations automatisées aux besoins de l'entreprise.

Est-ce possible ? La tâche paraît rude. Il est possible de combattre telle erreur patente, demontrer le caractère relatif de telle prétendue évidence, certitude, priorité, neutralité… Le reste est affaire de conviction et d'opinion, voire d'intérêt, car une pratique professionnelle est autre chose qu'une science exacte. On pourrait dire, sans trop déformer les propos de l'abbé Laurentin, que les choix subjectifs sont aux processus d'information « ce que les couleurs de l'arc-en-ciel sont àla lumière blanche, différentes, mais procédant de cette lumière, dont elles sont d'authentiques composantes ». Afin que la lumière réfractée par le prisme paraisse un peu moins grise, les couleurs les moins soutenues doivent être rehaussées. Mais la prétention de faire toute la lumière sur le sujet serait une imposture. Elle ne tiendrait pas compte des préoccupations humaines, et se bornerait àtout expliquer selon un mécanisme froid, coupé de la pratique.

C'est précisément de mécanisme dont il s'agit dans bien des entreprises. Est mécaniste une entreprise dont le fonctionnement est fixé par des règles préétablies, à l'image de pignons s'emboîtant et tournant sans fin dans un engrenage. On se rappelle Charlot happé par l'engrenage dans Les temps modernes. Depuis leur origine, les...
tracking img