Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4638 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sommaire

Dédicaces ……………………………………………………………page3
Introduction……………………………………………………….....page4
I- La place de la femme dans la société……………………………...page5
II- L’idéal féminin……………………………………………………page6
III-La représentation symbolique de la femme....................................page12
Conclusion……………………………………………………………page14
Bibliographie…………………………………………………………page15

Dédicaces.

Nousdédions notre travail à toutes les femmes Djiboutiennes pour leur courage et leur ténacité ainsi qu’a toutes les femmes africaines nos mères de sang qui vivent le jour au jour les déboires de cette vie éphémère.
Par la même occasion nous tenons à remercier nos familles respectives pour leur soutien inconditionnel.
Enfin nos profonds respects à tout nos professeurs de littérature etparticulièrement Madame Hibo Moumin et notre défunt professeur Abdourahman Ismaël pour nous avoir inculqués l’amour des lettres.
Et Monsieur Djama Saïd pour nous avoir encadrés.

Introduction
La femme est le sujet de prédilection de la plupart des auteurs Djiboutiens.
Thématique chère la représentation féminine dans leurs œuvres une place non moins négligeable. La femme est une source inépuisable que l’onretrouve dans de nombreuses œuvres Djiboutiennes francophones. On peut dire qu’elle a un statut particulier dans la mesure où elle constitue le centre d’intérêt et l’une des premières préoccupations des auteurs Djiboutiens. Cette représentation de la femme est peinte avec ostentation par les écrivains Djiboutiens. Ceux –ci utilisent leur plume pour la présenter de diverses manières.
En effet,celle-ci y joue plusieurs rôles et dénonce les travers de la société.
Comment les auteurs Djiboutiens d’expression française s’y prennent- ils pour illustrer la femme dans leurs écrits ?
Dans un premier temps nous étudierons la place de la femme dans la société puis dans une seconde perspective nous aborderons l’idéal féminin et enfin nous nous intéresserons à la représentation symbolique de lafemme.

I – La place de la femme dans la société.
1 – L’oppression.
La femme est victime d’oppression de la part des hommes. Elle n’est là que pour obéir et se soumettre au joug de l’homme. Cette dernière n’a pas droit non plus à la liberté de s’exprimer sous peine de sanctions et de représailles. Elle n’a pas le droit de dire haut et fort ce qu’elle pense. Donc, on peut dire que cetteinfériorité de la femme par rapport à l’homme, cette soumission et cette oppression résulte d’une convention sociale. C’est la société qui veut que celle – ci soit traitée comme telle ce qui s’oppose à l’équité. Cela ne peut – il la pousser des mesures drastiques pour améliorer son statut dans la société ? Dès lors elle subit la terreur et la peur. Celle – ci doit payer pour avoir décidé de changer sacondition miséreuse. "Toujours je veux manier cette langue d’audace et de musique pour me donner l’impression sinon d’être utile" (Cahier Nomade p55). Elle doit toujours faire attention à ce qu’elle doit dire de peur de déplaire à l’homme qui est considéré plus que la femme. Cette dernière est amenée à observer la loi du silence. L’acharnement du sort sur la femme fait qu’elle est traitée comme unemoins que rien. "Les nomades ne disent- ils pas qu’un chamelon de trois hivernages est plus chanceux qu’une jeune épouse ?" (Cahier Nomade p55) Ceci démontre le caractère inférieur et malchanceux de la gent féminine. On en arrive même à dire que les animaux valent mieux qu’elles. D’autre part, Waberi évoque dans « une affaire à vivre » que ce fait d’être opprimé et dénigré se poursuit même après lamort. Et pour finir l’obscurité du tombeau dans un coin à part du cimetière car les femmes n’ont pas le droit de résider même après la vie – parmi les hommes, les seuls à qui sied le titre et la fonction d’êtres humains. (Cahier Nomade p55) Cet exemple flagrant montre la difficile condition de vie des femmes au quotidien.
2- Le rôle marginal.
La femme dans la société ne jouit pas d’une...
tracking img