dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2424 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 octobre 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Bac blanc : avril 2012 - Séries Technologiques

Objet d'étude : la poésie
Regards de poètes sur eux-mêmes au XIXe siècle
Corpus :
• Document A : Victor Hugo, Les Rayons et les ombres, 1840.
• Document B Théophile Gautier, « Le Pin des Landes », Emaux et Camées, 1852.
• Document C Charles Baudelaire, « L'Albatros », Les Fleurs du mal, 1857.
• Document D : Arthur Rimbaud, « Ma Bohème »,Poésies, 1870.

Questions (6 points)
1. À travers une étude de ces différents textes, expliquez quelle image leurs auteurs donnent
du poète et de la création poétique. (3 points)
2. Relevez les différentes images (métaphores ou comparaisons) qui désignent la poésie ou le
poète dans ces textes : laquelle vous semble la plus intéressante ? Justifiez votre réponse. (3
points)

Travail d'écriture(14 points)


Ecrit d'invention

En 1884, Victor Hugo, très âgé, publie à la demande de ses admirateurs un recueil de ses
poèmes les plus engagés. En guise de préface, il signe un véritable manifeste dans lequel il
affirme que les poètes doivent s'engager dans les combats de leur temps. Vous rédigerez ce
manifeste.


Commentaire

Rédigez le commentaire du poème de Rimbaud, « MaBohème ». Vous pourrez suivre le parcours de lecture suivant :
 Comment, dans l'écriture, le poète évoque-t-il les conditions de sa fugue ? Quelle
impression en retire-t-il ?
 A travers les choix d'écriture, étudiez l'image que ce poème donne de la création
poétique.


Dissertation

« Les plus désespérés sont les chants les plus beaux
« Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots »écrit Alfred de Musset dans sa Nuit de mai. Commentez et discutez cette affirmation : pensezvous que le poète soit condamné à l'incompréhension, et que la source de toute poésie se
trouve nécessairement dans la souffrance ?
Pour répondre à cette question, vous vous appuierez sur les poèmes du corpus, sur ceux que
vous avez lus en cours et sur votre culture personnelle.

Texte A
Le poèteen des jours impies
Vient préparer des jours meilleurs.
Il est l'homme des utopies,
Les pieds ici, les yeux ailleurs.
C’est lui qui, sur toutes les têtes,
En tout temps, pareil aux prophètes,
Dans sa main, où tout peut tenir,
Doit, qu'on l'insulte ou qu'on le loue,
Comme une torche qu'il secoue,
Faire flamboyer l'avenir !
[…]
Peuples ! écoutez le poète !
Ecoutez le rêveur sacré !
Dansvotre nuit, sans lui complète,
Lui seul a le front éclairé.
Des temps futurs perçant les ombres,
Lui seul distingue en leurs flancs sombres

Le germe qui n'est pas éclos.
Homme, il est doux comme une femme.
Dieu parle à voix basse à son âme
Comme aux forêts et comme aux flots.
C’est lui qui, malgré les épines,
L'envie et la dérision,
Marche, courbé dans vos ruines,
Ramassant latradition.
De la tradition féconde
Sort tout ce qui couvre le monde,
Tout ce que le ciel peut bénir.
Toute idée, humaine ou divine,
Qui prend la passé pour racine
A pour feuillage l'avenir.
Victor Hugo, Les Rayons et les ombres, 1840.

Texte B
LE PIN DES LANDES
On ne voit, en passant par les Landes désertes,
Vrai Sahara français, poudré de sable blanc,
Surgir de l'herbe sèche et des flaquesd'eau vertes
D'autre arbre que le pin avec sa plaie au flanc.
Car pour lui dérober ses larmes de résine,
L'homme, avare bourreau de la création,
Qui ne vit qu'aux dépens de ceux qu'il assassine,
Dans son tronc douloureux ouvre un large sillon !
Sans regretter son sang qui coule goutte à goutte,
Le pin verse son baume et sa sève qui bout,
Et se tient toujours droit sur le bord de la route,Comme un soldat blessé qui veut mourir debout.
Le poète est ainsi dans les Landes du monde ;
Lorsqu'il est sans blessure, il garde son trésor.
Il faut qu'il ait au cœur une entaille profonde
Pour épancher ses vers, divines larmes d'or !
Théophile Gautier, Emaux et Camées, 1852.

Texte C
Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers
Qui...