Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2090 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Définition générale
• La morale est l'exigence de se conduire selon le respect ou le refus de certaines valeurs jugées absolues (le Bien et le Mal). Elle énonce des impératifs (commandements et interdictions) qui obligent l'homme - si sa conscience morale les reconnaît légitimes. Cela fait alors le devoir, qui dicte ce qui doit être (valeur, norme, idéal) et qui se distingue de ce qui est (lefait, le donné, la réalité).
• Le devoir concerne toujours autrui : la morale c'est tout ce que l'on doit à autrui. Le devoir n'est rendu effectif (réalisé effectivement) que par mon obligation, c'est-à-dire par le sentiment impérieux qu'il me faut toujours le choisir et le vouloir plutôt qu'autre chose (mon intérêt privé, mes désirs égoïstes).

Faits et valeurs : le problème du fondement de lamorale
• La morale nous dit ce qui doit être absolument. Mais la nécessité du devoir se fonde-t-elle sur celle de l'être (ce qui est) ? Y a-t-il une morale objective et absolue ? Mais peut-il y seulement y avoir des valeurs absolues ? C'est là le problème du fondement de la morale (fonder, c'est justifier). Deux positions principales s'opposent ici :
1) La conjonction de la valeur avec l'être ouavec le vrai. Les valeurs, qui sont objectives et absolues, sont objets de connaissance et même de démonstration. Nous retrouvons ici Platon (le Bien en soi), Aristote (le Premier Principe), Augustin et Thomas d'Aquin (Dieu), Hegel (la Raison), Marx (l'Histoire)...
2) La disjonction de la valeur et de l'être ou du vrai. À la différence des vérités objectives, les valeurs sont subjectives etrelatives à notre désir et à notre volonté de les défendre. Et ce n'est pas la connaissance qui nous conduit aux valeurs, car il n'y a pas de morale ou de devoir-être vrais (il n'y a de vérité que de ce qui est). Les valeurs sont des évaluations particulières issues de désirs particuliers [1]. Cette position est plus moderne : Spinoza, Hume, Nietzsche, Freud, Alain...
• Un tel scepticisme quant aufondement absolu des valeurs morales conduit certes au relativisme, mais non forcément au nihilisme axiologique (tout se vaut, donc rien ne vaut). Car une valeur, toute relative qu'elle soit (au sujet, à son histoire, à sa culture, etc.), n'en demeure pas moins vécue, par ce même sujet, comme un absolu. En ce sens, toute valeur est paradoxalement un " absolu relatif (un absolu pour nous, et non pasen soi), un absolu subjectif, un absolu pratique, objet non de la raison mais de la volonté " [2].
• Une morale relative peut donc être désirée comme absolue et universelle : on peut oeuvrer à son universalisation. Et l'examen pourra révéler ici que toute morale n'est pas également universalisable : la morale humaniste des droits de l'homme, par exemple, est davantage universalisable qu'une moralecollective ou tribale (limitant le devoir d'humanité à quelques uns).

 
Morales collectives et morale universelle
• " Les morales collectives remplissent leur fonction, qui est d'unir les individus d'un même groupe humain par des croyances communes " [1]. Mais toute morale collective, comme toute moeurs, parce que close sur elle-même, est toujours " contredite et désavouée " [2] ailleurs !Ainsi, par exemple, se conformera-t-on ici à la morale catholique, et ailleurs à la morale musulmane. Et les hommes viennent à s'affronter au nom de leur morale collective propre, qu'ils ont " en vénération intérieure " [3]. Or, qu'une morale collective puisse s'imposer en fait - par la force des pratiques -, ne prouve nullement qu'elle doive s'imposer en droit - par la reconnaissance de salégitimité absolue - ou vécue en raison comme telle. Pour échapper à la relativité des morales collectives ou sociales, il faudrait que celles-ci s'ouvrent à l'universel [4]. Nous verrons qu'il s'agit là du droit d'autrui et, finalement, de l'amour du prochain.

 
L'autre en moi, ou l'originaire souci de l'autre
• Ce n'est donc pas au membre d'une communauté particulière que s'adresse la morale...
tracking img