Dissertation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1904 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
EL ABED Lundi 5 janvier 2008
LILIA
1S3 Dissertation :
Pensez-vous comme Zola que « la littérature se doit d’être toujours engagée ?

| | |
|| |
| | |

La littérature a une ambition esthétique. La description peut être désordonnée mais elle évoque dans le détailles lieux, les objets, les heures, les couleurs, les mouvements. Elle met l’imaginaire au premier plan. Les réminiscences culturelles invitent le lecteur à un voyage intérieur.
Cependant, la littérature s’adresse aussi à un auditeur ou à un lecteur dans le seul but de lutter contre des iniquités. Certains textes, plus riches que d’autres, offrent des perspectives multiples. Ils peuvent aborderplusieurs domaines : la philosophie, la justice, le milieu naturel, la politique, et bien d’autres.
Ainsi, nous ne comprenons plus très bien de quelle manière la littérature doit être engagée et quel est son rôle fondamental. C’est pourquoi, nous allons montrer, dans un premier temps, que la littérature doit être engagée pour dénoncer tous les problèmes. Par la suite, nous allons montrer que lalittérature ne doit pas être engagée car c’est à près tout un moyen pour le lecteur de se divertir. Pour terminer, nous allons voir que engagée ou non, la littérature se doit d’être efficace et de viser la perfection.

Certes nous pouvons considérer que la littérature se doit d’être engagée. On sait que la première chose à laquelle pense un auteur c’est la manière dont il vaintéresser le lecteur. Dénoncer les mœurs de plusieurs individus est un moyen considérable de montrer que la littérature doit se battre pour supprimer les inégalités sociales.
En effet, Zola, en écrivant  l’Assommoir, mis à part que se soit un ouvrage consacré aux classes laborieuses, restitue la langue et les mœurs du peuple, tout en montrant les ravages dus à la misère et l’alcoolisme. « Au boutde l’ivrognerie et de la fainéantise, il y a le relâchement des liens de la famille, les ordures de la promiscuité, l’oubli progressif des sentiments honnêtes, puis comme dénouement la honte et la mort ». Zola cherche à expliquer le peuple pauvre aux bourgeois c’est pourquoi le lecteur contemporain ne peut que se sentir concerné après avoir lu le livre car il va réfléchir sur la situation despauvres et avant d’imposer des lois il étudiera sérieusement les conditions de vie des pauvres.
Mais encore, le plus marquant est que le personnage principal de l’Assommoir est une femme « Gervaise ». Zola va s’intéresser aussi sur la position future de la femme dans la société du XIX siècles. Et l’on constate que les femmes ont du mal à être intégrées dans le marché du travail, leur libertéindividuelle est très limitée et elles sont condamnées à se soumettre au bien de leur mari. Donc on peut en conclure que Zola, en dénonçant les mœurs, en analysant plusieurs individus, se bat d’une certaine manière pour supprimer les inégalités entre les hommes et les femmes.
De plus, la littérature doit être engagée pour dénoncer l’horreur que provoquent la politique arbitraire et lapeine de mort.
En effet, le dernier jour d’un condamné est un roman qui constitue sans doute le réquisitoire le plus véhément jamais prononcé contre la peine de mort. Le récit à la première personne interpelle le lecteur directement. Le propos de l’auteur exhibe l’horreur et l’absurdité de la situation dans laquelle se trouve n’importe quel homme à qui l’on va trancher le cou dans quelques...
tracking img