Dissertations gratuites philo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2059 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
a justification de l'inconscient

[Hypothèse de l'inconscient : outil de travail de la psychanalyse]

Notre bon droit à faire l'hypothèse d'un animique[2] inconscient et à travailler scientifiquement avec cette hypothèse est contesté de nombreux côtés. Nous pouvons là-contre avancer que l'hypo­thèse de l'inconscient est nécessaire et légitime et que nous possédons de multiples preuves del'existence de l'inconscient. Elle est nécessaire, parce que les données de la conscience sont, à un haut degré, lacunaires ; aussi bien chez les gens sains que chez les malades, se produisent fréquemment des actes psychiques qui, pour leur explication, présupposent d'autres actes que toutefois la conscience n'atteste pas. De tels actes ne sont pas seulement les actions manquées et les rêves chez lesgens sains, tout ce qu'on appelle symptômes psychiques et phénomènes de contrainte chez les malades — notre expérience quotidienne la plus personnelle nous fait faire la connaissance d'idées incidentes dont nous ne connaissons pas la provenance, et de résultats de pensée dont l'élaboration nous est restée cachée. Tous ces actes conscients resteraient sans cohé­rence et incompréhensibles si nousvoulons maintenir la prétention que nous devons aussi faire nécessairement l'expérience par la conscience de tout ce qui se passe en nous en fait d'actes animiques, et ils s'ordonnent dans une cohérence qu'on peut mettre en évi­dence si nous interpolons les actes inconscients inférés. Or un gain de sens et de cohérence est un motif pleinement justifié à nous conduire au-delà de l'expérienceimmédiate. S'avère-t-il en outre que nous pouvons édifier sur l'hypothèse de l'inconscient une pratique couronnée de succès, par laquelle nous influençons, au service d'une fin, le cours des processus conscients, nous aurons acquis, avec ce succès, une preuve inattaquable de l'existence de ce dont nous avons fait l'hypothèse. On doit donc se ranger au point de vue qu'il n'y a rien d'autre que présomptioninsou­tenable à exiger que tout ce qui se passe dans l'animique doive nécessairement être porté aussi à la connaissance de la conscience.

On peut aller plus loin et avancer, à l'appui d'un état psychique inconscient, que la conscience ne comprend à chaque moment qu'un contenu minime, si bien que la plus grande partie de ce que nous nommons connaissance consciente doit, de toute façon, se trouvernécessairement, durant les plus longues périodes, à l'état de latence, donc dans un état d'inconsciencialité psychique. L'opposition à l'existence de l'inconscient deviendrait, eu égard à tous nos souvenirs latents, totalement inconcevable. Nous nous heurtons alors à l'objection que ces souvenirs latents n'ont plus à être qualifiés de psychiques, mais correspondent aux restes de processussomatiques d'où le psychique peut de nouveau pro­céder. Il est facile de rétorquer que le souvenir latent est, au contraire, un indubitable reliquat d'un processus psychique. Mais il est plus important de se rendre compte que l'objection repose sur l'assimilation non-exprimée, mais d'emblée fixée, du conscient à l'animique. Cette assimilation est, ou bien une petitio principii qui n'autorise pas laquestion de savoir si tout ce qui est psychique doit nécessairement être également conscient, ou bien une affaire de convention, de nomenclature. Avec ce dernier caractère, elle est naturellement, comme toute convention, irréfutable. Seule reste ouverte la question de savoir si elle se révèle si appropriée qu'on ne puisse que s'y rallier. On est en droit de répondre que l'assimilation conventionnelledu psychique au conscient est absolument inappropriée. Elle dilacère les conti­nuités psychiques, nous précipite dans les difficultés insolubles du parallélisme psycho-physique, tombe sous le coup du reproche de surestimer, sans fondement pénétrable, le rôle de la conscience, et nous oblige à abandonner prématurément le domaine de la recherche psychologique, sans pouvoir nous apporter de...
tracking img