Dissertations gratuites

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4052 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« La muse malade»

Scansion du poème: accents toniques, assonances et allitérations.

Ma pauvre muse, hélas! Qu'as-tu donc ce matin? 4233 /t/2 fois /a/ 3 fois
Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes, 3342
Et je vois tour à tour réfléchis sur ton teint 3333 + enjambement /t/ 4 fois
La folie et l'horreur, froides et taciturnes. 3315 Rythme irrégulier /r/ 3 fois

Le succubeverdâtre et le rose lutin 3333 + Enjambement
T'ont-ils versé la peur et l'amour de leurs urnes? 633 /r/3 fois
Le cauchemar, d'un poing despotique et mutin, 4233
T'a-t-il noyée au fond d'un fabuleux Minturnes? 4242 /t/ 3 fois

Je voudrais qu'exhalant l'odeur de la santé 3324
Ton sein de pensers forts fût toujours fréquenté, 2433
Et que ton sang chrétien coulât à flots rythmiques 4224

Comme lessons nombreux des syllabes antiques, 4233
Où règnent tour à tour le père des chansons, 2424
Phoebus, et le grand Pan, le seigneur des moissons 2433.

Une rupture de rythme dans le 4ème vers. Les enjambements ne provoquent pas de véritables ruptures de rythme. Ni rejets, ni contre rejets.

Rimes et mots entiers «teint, urnes (rime riche 3 sons), son ».

Un succube est un personnage delégende. Un démon qui prend la forme d'une femme pour séduire un homme durant son sommeil et ses rêves. Son pendant masculin est l'incube. On peut se demander pourquoi le poète a pensé au succube plutôt qu'à l'incube puisque c'est la muse, donc une femme qui a été séduite. Elle ne peut donc l'être que par un incube. Cette confusion du poète peut révéler que la muse représente en fait le dédoublement dupoète. Il lui attribue des caractéristiques masculines non seulement dans ce vers mais dans les vers suivants puisqu'il voit la muse «noyée au fond d'un fabuleux Minturnes », comme Marius (157-86), ce soldat romain apprécié du peuple et obligé de fuir les troupes de son rival Sylla et de se réfugier à Minturnes, une région marécageuse près de Rome.

Pan Dieu des bergers et des troupeaux,démon à demi homme et à demi animal à la figure barbue qui exprime la ruse bestiale, avec son front surmonté de deux cornes, ses membres inférieurs d'un bouc, et ses pieds pourvus de sabots fendus. Il est doué d'une activité sexuelle considérable: il poursuit nymphes et jeunes garçons avec une égale passion. En cas d'échec, il se satisfait lui-même. Il est bien accueilli par les dieux de l'Olympemalgré sa laideur. Il fait partie du cortège de Dionysos. Il ressemble aux Satyres. Son nom signifie celui qui réjouit le cœur de tous. Les philosophes voient en lui l'incarnation de l'univers, le Tout. A Rome il est assimilé au dieu Faunus ou au dieu des bocages Sylvain. Il est célébré par Virgile dans Les Géorgiques.
Phébus, le Brillant, épithète et nom latin d'Apollon, ms adultérin de Zeus,il est né à Delos (la brillante), frère d'Artémis. Ses attributs sont la mitre d'or, la lyre et le char de cygnes. A Delphes, sur un trépied la Pythie rend ses oracles. Le Péan = hymne en l'honneur d'Apollon. Beau, grand, aux boucles noires aux reflets bleutés, comme les pétales de la pensée. Nombreuses amours avec nymphes et mortelles. Le culte des Muses est lié au sien, il est le père avecThalie de démons qui font partie du cortège de Dionysos, les Corybantes, le père d'Orphée avec Uranie ou Calliope. Il apprend l'art de la divination à Cassandre par amour pour elle mais comme elle se refuse à lui il lui retire le don d'inspirer confiance dans ses prédictions. Dieu de la musique et de la poésie sur le Mont Parnasse. Il préside au jeu des Muses. Oracles en formules versifiées. Ilinspire les devins et les poètes avec Dionysos, mais son inspiration est plus mesurée. Dieu de la religion orphique. Père de Pythagore, protecteur d'Auguste.
Muses, filles de Mnémosyne et Zeus, fruit de 9 nuits d'amour. Calliope et poésie épique, Clio et histoire, Polhymuie et la pantomime, Euterpe et la flûte, Terpsichore et la poésie légère et la danse, Erato et la lyrique chorale,...
tracking img