Dissertations litteraires generales

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 82 (20390 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertations littéraires générales.
Sujets et corrigés.

Poésie.

Sujet:
Dans La poésie moderne et la structure d’horizon (p.6), Michel Collot écrit: “L’écriture poétique, loin de se replier sur elle-même, vise constamment un dehors”.
Expliquez et discutez cette affirmation en fondant votre réflexion sur des exemples précis et d’époques diverses.

Note: 15/20
Commentaires du prof:“On ne peut qu’apprécier un tel devoir qui, dans une belle écriture, une composition juste, illustre avec pertinence le sujet proposé, et témoigne d’une culture très bien dominée. Quelques remarques: “L’écriture poétique” est plus restreinte que “poésie”; votre troisième partie, passionnante, explore le chemin du dehors au dedans, mais est-ce qu’on ne peut pas dire qu’à l’inverse, plus onest dedans (Il pleure dans mon cœur --> un arbre), plus on est dehors? On attendait aussi Rimbaud...”

Plan détaillé:
1) Théorie de Collot sur l’impossibilité de l’enfermement de la poésie.
- “dehors” = lecteur
- “dehors“ = société.
- “dehors” = réel.
2) Tentatives d’enfermement dans l’histoire lit.
- la conception formaliste de “l’art pour l’art”
- la recherche de l’hermétisme
-l’élaboration du poème comme système autotélique.
3) Non seulement visée d’un dehors, mais aussi d’un dedans individuel (l’auteur) et général (humanité).
- monde intérieur du poète.
- monde intérieur du lecteur.
- monde intérieur de l’homme.

Dissertation:

INTRODUCTION:
A partir des travaux et des recherches des théoriciens formalistes, des réflexions des linguistes comme celles deJakobson, le poème a pu être envisagé comme une concrétion de mots, de phrases, de rythmes, de sons, comme un système formel clos sur lui-même, comme une structure privilégiant la fonction poétique, c’est-à-dire le message pour lui-même, aux dépens de la fonction référentielle. Toutefois, un certain nombre de critiques et d’auteurs ont par réaction refusé de cautionner cette vision cloisonnée de l’artpoétique en montrant, comme Michèle Aquien, que la poésie n’était pas que “linguistique”. Ainsi Michel Collot a souligné le lien irréductible qu’exige la poésie entre trois instances, celles du sujet, du langage et du monde. Dans La poésie moderne et la structure d’horizon, il affirme également que “l’écriture poétique, loin de se replier sur elle-même, vise constamment un dehors”. Il souhaite decette façon prendre ses distances avec une conception autotélique du poème, en mettant en avant la notion de “visée” et d’”horizon”, en opposant l’image du repli, d’enfermement, à une image d’ouverture intentionnelle, en privilégiant un mouvement centrifuge extatique à un mouvement centripète, ou à un monolithisme vain. La poésie n’est jamais, selon lui, enfermée sur elle-même. Or, à diversesépoques, des poètes ont prôné ce “repli”, ce retour, cette suffisance du poème à lui-même, dans un mouvement formaliste ou élitiste. Il est ainsi intéressant d’analyser la conception de l’écriture poétique de Michel Collot en montrant en quoi la fonction référentielle ne peut être totalement niée dans l’opération poétique, puis d’étudier certaines tentatives poétiques qui ont au contraire choisi cettevoie du “repli”, pour enfin montrer que la poésie peut non seulement s’envisager comme “visée” d’un dehors, mais aussi comme exploration d’un dedans, celui de l’auteur (le sujet lyrique), voire de l’âme humaine en général.

*
* *
Soulignant l’impasse des recherches formalistes, qui aboutissent à l’enfermement du poème sur lui-même, quelques critiques et poètes ont mis en relief l’ouverturede l'œuvre poétique en faisant intervenir notamment le rôle du lecteur dans la réception du livre, qui n’est pas seulement un ensemble, mais aussi, selon les mots d’Umberto Eco, une “œuvre ouverte”. Pour Michel Collot, cette ouverture apparaît sous les termes de “dehors” et d’”horizon”. La poésie “vise constamment un dehors” écrit-il. Mais de quel “dehors” s’agit-il? Sur quel objet l'œuvre...
tracking img