Dissertations

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2433 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Une des œuvres étudiées est le journal d’Hélène Berr, une jeune femme juive qui écrit son journal pendant la 2nd Guerre Mondiale alors qu’elle a entre 20 et 24 ans. Elle commence à l’écrire en avril 1942, et le termine en février 1944. On peut suivre son histoire durant cette période de guerre, presque au jour le jour, car on observe tout au long du journal qu’il y a des coupure plus ou moinslongues dans le récit. Dans son œuvre, Hélène Berr nous fait part des ses sentiments, ses craintes, ses pensées pour ses proches et au sujet des événements qui se passent autour d’elle.

1942

Elle débute son journal le mardi 7 février 1942. Elle nous raconte son quotidien, nous parle de ses amis, ses habitudes, ses sorties, ses loisirs, en faisant quelques allusions à la guerre de temps entemps. La partie de 1942, dans son journal, est la partie dans laquelle elle a le plus écrit.

Le premier acte qui marque Hélène Berr est le port de l’étoile jeune (l’étoile de David); elle nous raconte comment elle vit la première journée où elle porte cette étoile, « Mon Dieu , je ne croyait pas que c’était si dur. » elle nous dit donc que durant cette journée elle a dû garder son calme etson sang-froid pour ne pas pleurer elle répète plusieurs fois que cette journée a été dur. Elle nous parle, ensuite, du lendemain en nous disant que ça a été plus dur que la veille. Elle nous raconte son après midi, et que, en prenant le métro, le contrôleur lui a dit de prendre la dernière voiture du métro ( Ordonnance Allemande); elle est, alors, révoltée.
On apprend plus tard que son père estarrêté et enfermé car son étoile jaune n’était pas cousue correctement. Hélène nous raconte leur périple dans la prison (avec sa mère) pour rendre visite au père et lui apporter des affaires. Elle fait alors une première allusion au camp de Drancy. Hélène nous dit alors en rentrant chez elle que la maison paraît presque vide sans son père. On apprend, ensuite, qu’il sera relâché.
Quelquesjours plus tard elle fait une allusion à l’UGIF (Union Générale des Israelites de France) qui est fondée par Vichy en novembre 1941 sur injonction de l’occupant, elle doit déférer les œuvres juives d’assistance, à des fins de repérage. Tous les membres de l’UGIF sont titulaires d’un certificat ou d’une carte de de « légitimation » en zone nord, censé leur assurer une protection illusoire. Hélène Berren est membre en tant qu’assistante sociale bénévole.
Le 10 juillet 1942, alors qu’elle empreinte le métro, le contrôleur lui ordonne de prendre la dernière voiture, ce qu’elle fait, elle fond ensuite en larmes; mais des larmes rage. ( = neuvième ordonnance allemande disant que les juifs n’auront plus le droit de fréquenter les lieux publiques. (9 juillet 1942)).
Cinq jours plus tard,elle entend alors parler d’une rafle « quelque chose se prépare, quelque chose qui sera une tragédie, LA tragédie peut-être. » plusieurs personnes se suicident pour échapper aux rafles, et même , parfois, des familles entières « une famille entière, père, mère, et 5 enfants se sont suicidés au gaz pour échapper à la rafle; une femme s’est jetée par la fenêtre. ». Lors de cette rafle, qui s’estdéroulée les 16 et 17 juillet 1942, 12 884 personnes ont été arrêtées par la police française dont 3 031 hommes; 5 802 femmes et 4 051 enfants.
On voit bien que les gens ne sont pas réellement au courant de ce qu’il se passe en France « il semble que ce soient les SS qui aient pris le commandement en France, et que la terreur s’ensuivre .»
Elle nous retranscrit des récits qu’on lui raconte, parexemple au sujet du Vel d’Hiv: elle nous dit que des milliers de personnes y sont enfermés dans des conditions horribles, (il y a beaucoup de décès et, au contraire, très peu d’hygiène (sanitaire bouchés, …)) . Hélène croit que ce sont des gardes allemands qui gardent les prisonniers, mais ce sont enfaite des policiers français.
On observe des sortes de périodes dans les infos données....
tracking img