Dissertations

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (939 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Thérèse Raquin est un roman publié en 1867 par le chef de file du gouvernement naturaliste Emile Zola dont c'est une oeuvre de jeunesse. Dans ce roman naturaliste l'écrivain se propose d'étudier enscientifique le tempérament de deux personnages et la domination qu'exercent sur eux leurs nerfs. Le chapitre 11 est bien évidemment décisif pour l'intrigue puisque les deux amants Thérèse et Laurentvont mettre à exécution leur projet de tuer Camille le mari gênant de Thérèse. Ce projet avait été évoqué par la jeune femme au chapitre 9 et devait permettre au couple de se marier et de vivre sapassion sans l'obstacle de Camille. Lors d'une promenade en barque il est question de faire basculer Camille dans la Seine et de faire croire à une noyade. Dans ce passage apparaissent les troispersonnages du triangle maudit.
Premièrement, le texte :
Le crépuscule venait. De grandes ombres tombaient des arbres, et les eaux étaient noires sur les bords. Au milieu de la rivière, il y avait delarges traînées d’argent pâle. La barque fut bientôt en pleine Seine. Là, tous les bruits des quais s’adoucissaient ; les chants, les cris arrivaient, vagues et mélancoliques, avec des langueurs tristes.On ne sentait plus l’odeur de friture et de poussière. Des fraîcheurs traînaient. Il faisait froid._

Laurent cessa de ramer et laissa descendre le canot au fil du courant.

En face, sedressait le grand massif rougeâtre des îles. Les deux rives, d’un brun sombre taché de gris, étaient comme deux larges bandes qui allaient se rejoindre à l’horizon. L’eau et le ciel semblaient coupés dansla même étoffe blanchâtre. Rien n’est plus douloureusement calme qu’un crépuscule d’automne. Les rayons pâlissent dans l’air frissonnant, les arbres vieillis jettent leurs feuilles. La campagne,brûlée par les rayons ardents de l’été, sent la mort venir avec les premiers vents froids. Et il y a, dans les cieux, des souffles plaintifs de désespérance. La nuit descend de haut, apportant des...
tracking img