Dissertations

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1458 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Bourgeois et ouvriers au 20ème :

Karl Marx a mis en évidence la notion de classes sociales ( = Groupe d'individus ayant en commun un même type de professions et de revenus, partageant les mêmes valeurs et mode de vie et ayant la conscience d'appartenir à ce groupe). Au 19ème siècle les contrastes entre la classe bourgeoise et la classe ouvrière sont très prononcé (ex: les patrons quiexploitent les ouvriers ). Néanmoins, au 20ème siècle, la distinction entre bourgeois et ouvriers est beaucoup moins visible qu'au 19ème . D'ailleurs, l'expression « classe sociale » est moins usitée car les classes moyennes se sont beaucoup développées, ce qui a réduit les inégalités entre ces différentes classes mais pas totalement.

Des contrastes qui se réduisent :

En cette deuxième partied'émission, , nous allons vous parler dans un premier temps de ce qui a permis aux classes les plus pauvres d'évoluer et dans un deuxième temps évoquer les différences qui existent toujours, malgré cette évolution.

Afin de permettre au monde ouvrier de s'organiser et de défendre ses intérêts légalement, de nombreuses lois ont été votées grâce à l'action des syndicats et des partis politiques,entre la fin du 19ème et début du 20ème siècle.
Par exemple :
- En 1884 : loi qui permet de créer un syndicat en France
En 1887 : création de la bourse au travail = lieu qui propose une forme d'assistance sociale et des services de soins, de retraites pour les ouvriers.
En 1895 : création du 1er syndicat : la CGT = Confédération Générale du Travail qui se veut indépendant de toutpouvoir. Celui-ci a pour but de défendre les intérêts professionnels et économiques des ouvriers afin par exemple d'obtenir des salaires, des conditions de travail plus convenables.
En 1905 : création d'un parti politique socialiste français: la SFIO = section française de l'internationale ouvrière pour la défense de la classes ouvrière.
En 1906 : La charte d'Amiens met en avant lesprincipes syndicaux :
améliorer les conditions de travail c'est à dire baisser les heures de travail et augmenter les salaires des ouvriers. Elle a aussi la volonté de changer le système capitaliste.
En 1936 : Le Front populaire dirigé par Léon Blum met en place les accords Matignon : - augmentation des salaires
- les congés payés (15jours)
- réduction du temps de travail : 40h /semaine.
- Conventions collectives.
Après la 2nde Guerre Mondiale, on passe d'un état – gendarme à un état-providence qui intervient dans l'économie pour assurer le plein emploi, limiter les inégalités sociales et redistribuer les richesses. La sécurité sociale est créée.

Toutes ces lois contribuent à l'amélioration du mode de vie des travailleurs. Dès lors, les inégalités se réduisententre les différentes classes. On voit ainsi apparaître une nouvelle structure sociale : la classe moyenne qui a la volonté d'imiter la bourgeoisie.

La moyennisation de la société française :

La moyennisation est l'apparition des classes moyennes dans la société lors des « trente Glorieuses » (1945-1973) . La société s'est alors enrichie, ce qui a permis aux classes populaires de«s'embourgeoiser» encouragées notamment par le phénomène de la tertiarisation : l'essor du secteur tertiaire, donc des services et de nouvelles professions qui sont caractéristiques aux classes moyennes : On observe la classe moyenne supérieure : cadres, ingénieurs, professions intellectuelles supérieures et la classe moyenne inférieur e: travailleurs sociaux, infirmières, professions intermédiaires...De plus, le phénomène de la moyennisation est dû notamment aux changements des modes de vie des français car auparavant les classes avaient des normes et des valeurs spécifiques. Par exemple les classes supérieures ont eu très vite la télévision alors que les autres classes surtout les plus pauvres n'avaient que la radio. Mais aujourd’hui, chaque Français possède la télévision c’est une valeur...
tracking img