Dissertations

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2124 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Professeur : Jean-François Lessard 340-101-MQ Philosophie et rationalité

Fiche « Philosophie et rationalité » Les modèles argumentatifs
La vocation principale de tout être humain est de penser par lui-même, c’est l’élément central qui le différencie des autres espèces vivantes sur terre.

Il est essentiel de se donner les moyens d’être autonome, de penser par soi-même et de le fairecorrectement. Autrement, il serait assez inutile de réclamer l’égalité et la liberté si nous acceptions de nous placer nous-mêmes sous la tutelle d’autres personnes à qui nous laisserons toute la liberté pour penser, et donc pour décider à notre place.

Notre faculté de raisonner ne va pas de soi. Apprendre à raisonner requiert de l’entrainement, c’est comme un art qui demande à être perfectionné. Toutcomme la grammaire de la langue française possède des règles, l’argumentation raisonnée en possède également. Ceux qui ne respectent pas ces règles seront tout aussi désarmés et impuissants que ceux qui ne savent ni lire ni écrire. Plus on maitrisera les règles de l’argumentation, et plus il nous sera facile de penser par nous-mêmes.

Il existe une éthique de l’argumentation qui estfondamentale si nous voulons parvenir à discuter sur une base véritablement rationnelle. Il faut d’abord respecter les règles de la méthode argumentative. Il faut également démontrer du respect pour autrui et une ouverture d’esprit afin de chercher à comprendre correctement une position adverse. Enfin, nous devons nous rappeler que nous ne sommes pas infaillibles. Celui qui n’a jamais tort n’apprend jamaisrien.

1

Professeur : Jean-François Lessard

340-101-MQ Philosophie et rationalité

Modèle pour la dissertation dans le cadre du cours 340-101-MQ

Introduction

1. Amener le problème : par une entrée en matière qui conduit au sujet, par une opinion courante, un préjugé, une référence au contexte historique, etc. 2. Soulever les enjeux : présenter le problème philosophique et mettrecelui-ci en valeur à partir de deux positions sur la question. 3. Poser la question à débattre et la position que vous allez défendre (sans commencer l’argumentation). 4. Les divisions du développement.

Développement

5. L’argumentation de départ (et définition des concepts clés). 6. Deuxième argument (et définition des concepts clés). 7. L’objection (et définition des concepts clés). 8.Réponse à l’objection (réfutation ou concession) (et définition des concepts clés).

Rappel :
Il faut insérer une transition entre l’argumentation de départ et l’objection, ainsi qu’entre l’objection et la réfutation. La transition peut être à la fin de l’argumentation ou de l’objection, tout comme elle peut être au début de l’objection ou de la réfutation. Enfin, elle peut s’étendre allant de la finde l’argumentation au début de l’objection ou de la fin de l’objection au début de la réfutation.

Conclusion

9. Une brève synthèse du développement 10. Une réflexion complémentaire sur le problème traité (ouverture, prolongement, nouvelle question, réflexion plus générale, etc.)

2

Professeur : Jean-François Lessard 340-101-MQ Philosophie et rationalité

La dissertationargumentative1
Structure du texte argumentatif (minimum de 700 mots) : • • • • • • Paragraphe 1 = Introduction Paragraphe 2 = 1er argument Paragraphe 3 = 2e argument Paragraphe 4 = Objection Paragraphe 5 = Réponse à l’objection (réfutation ou concession) Paragraphe 6 = Conclusion

1er paragraphe = Introduction (+/- 150 mots) 1. Amener le problème 2. Soulever les enjeux philosophiques 3. Poser la question àdébattre et la position défendue

1. Amener le problème : par une entrée en matière qui conduit au sujet, par une opinion courante, un préjugé, une référence au contexte historique, etc. * Ces informations ont pour but d’introduire et de conduire au problème central. Pour être pertinentes, elles doivent donc aider à mieux comprendre ce problème. * On peut penser en fonction du « qui? », «...
tracking img