Dissertations

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5650 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le monde postmoderne a fait de la femme un objet. C’est la femme-objet que voyons sur nos magazines, c’est la femme-objet qui sert à attiser la convoitise, à vendre, qui permet d’imposer des stéréotypes, de former un idéal esthétique au service de la publicité. La femme-objet est une représentation, une image omniprésente, comme peut être omniprésente la sollicitation de la sexualité dans notreculture. L’un ne va pas sans l’autre. Sommes nous pour autant mieux au fait de ce que peut être la féminité parce que l’image de la femme est partout ? On peut craindre que non. L’image de la femme de la postmodernité n’est qu’une image, ce n’est pas l’essence de la féminité ; ce qu’une culture comme la nôtre en a fait, ce qui est très différent. Mais peut-on parler d’une « nature » de la femmeindépendamment de sa représentation dans une culture ?
Bien sûr, il y a eu la révolte du féminisme, la sainte colère contre les valeurs traditionnelles de la femme-à-donner-du-plaisir, de la femme-au-fourneau, de la femme-à-faire-des-enfants, de la femme-artifice de la publicité etc. Mais le féminisme, dans son combat, n’est-il pas souvent passé d’un extrême à l’autre ? A en croire certains textes,devenir une femme, ce serait au fond faire comme les hommes et cela sur tous les fronts. Une femme, pour être femme doit-elle devenir un homme ? C’est absurde. On ne définit pas une essence en opposition avec une autre, on la définit par elle-même. Avons-nous dans notre culture un problème d’identité sexuelle liée à la féminité ?
La question classique est celle-ci: la féminité est-elle unartifice de culture, ou une différenciation de nature ?

* A. Nature féminine et corps féminin
1) Par nature, on entend – dans un contexte traditionnel – ce qui constitue les caractères propres d’une existence donnée, et ce qui oriente en quelque sorte son devenir. Il est dans la nature du feu de brûler. Il est dans la nature du gland de devenir un chêne et certainement pas unabricotier, il est dans la nature du bouton de rose devenir une rose et pas un lilas, ou un tournesol. La nature contient en germe les virtualités** qui sont appelées à se réaliser, conformément à la Nature, conformément aux lois de la Nature, lois non humaines qui déterminent le devenir d'une chose naturelle. Aristote dirait que le petit écureuil contient en puissance l’écureuil adulte et que lacroissance ne fera que réaliser son Idée, l’Idée d’écureuil. Il ne peut faire autrement que de réaliser sa nature. Quand il devient adulte, il a réalisé en acte, ce qui était en lui en puissance. Il ne vient pas à Aristote l’idée que l’homme pourrait faire exception à la règle, car lui aussi fait partie de la Nature. Cependant ici, Aristote pense bien évidemment au genre humain et non à la naturemasculine. Cependant, nous serions en droit de parler aussi d’une nature** de la femme qui est encore en puissance dans la petite fille, puis qui s’éveille quand elle devient jeune fille et que naturellement**, elle devient femme, sans qu’intervienne autre chose qu’un processus naturel par lequel se réalisent ses potentialités féminines. Les potentialités de l’Idée de la femme s’ouvrent et sedéploient comme le bouton de rose à un moment devient rose, sans que cela fasse mystère. La jeune fille devient femme et découvre ce qu’elle est, s’en étonne elle-même, car elle est devenue femme.
J’entends d’ici l’orage des objections gronder ! Ce n'est pas du tout de cette manière que nous pensons aujourd'hui la féminité. (texte)
b) Il y a une seconde raison, plus large, qui nous permet, à nousautres modernes, de refuser le concept de nature. L’idée de nature d’une chose participe d’une représentation de la Nature qui est typiquement celle du paradigme finaliste, paradigme qui n’a plus court dans notre paysage intellectuel depuis des lustres. Pour nous autres modernes, la Nature est pensable d’abord selon le paradigme mécaniste, elle est d’abord et avant tout une vaste machine, régie...
tracking img