Disserte homere

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2701 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Il n'est pas d'usage d'associer le chœur à une dramaturgie dont la tragédie est absente et l'appellation est disqualifiée au profit de l'adjectif choral qui dans la critique littéraire désigne aujourd'hui tout discours pluriel, toute polyphonie qu'elle soit romanesque ou théâtrale. Congédié et inexistant dans certaines réécritures contemporaines de tragédies antiques (Tendre et cruel de MartinCrimp), remplacé par les voix individuelles de personnages qui tous se posent en exceptions et récusent la possibilité d'une voix extérieure apaisée, il est d'autant plus surprenant dans d'autres pièces, jouant aussi par sa seule présence d'un effet de décalage et d'écart. La voix plurielle émettant un discours unique, par ses implications dictatoriales, par la mémoire historique du crime collectifqu'elle implique, est mise en accusation en tant que forme « figée, muséale, impropre à assurer le relais, le va-et-vient entre la scène et la salle » (Jean-Pierre Sarrazac).
« Le chœur frustré comme toujours » indique Peter Weiss dans Marat/Sade : voix consacrée du spectateur, est-elle vouée désormais à l'attestation navrée d'une intrigue sur laquelle elle n'a pas prise, dernière instance encoreviable selon Jean-Marie Thomasseau du tragique dans des pièces qui ne sont plus qualifiées de tragédies ? La frustration se fait violence, imprécation dans les femmes modernes d'Elfriede Jelinek, pièce qui, pour individuer le féminin, refuser la langue du groupe, propose le silence et la disparition. Le chœur a-t-il encore quelque chose à dire et un public pour l’entendre ?
Quelle est sa placedans l'espace scénique, comment s'organise le jeu d'un groupe ? On s'intéressera notamment au retour du chœur à son étymologie et à la place de la danse, de la gestuelle, des chorégraphies et du mouvement dans son économie narrative.
Voix du public ou voix de l'auteur ? Le chœur peut-il avoir fonction de didascale, de commentateur? Part du lectant, instance critique, partie éthique de la paraboleou voix de la doxa grotesque. S'il n'est plus en marge visuellement sur scène du reste des intervenants ne l'est-il pas par le fonctionnement et les enjeux de son discours ? Quelle est la validité de la prise du parole du chœur ?
Voix plurielle, enfin, connaît-elle des dissonances ? Le chœur voué par définition à exprimer un discours cohérent et harmonieux, mélodique par l'implication d'un groupequi s'abolit dans la répétition du même texte lyrique, la duplication de la même apparence, peut-il faire entendre la différence ? Quelle est la fonction d'un chœur diffracté, dispersé, reniant la parole commune chez Peter Handke, ou faisant entendre une cacophonie jubilatoire chez Valère Novarina ?http://www.tattoodle.com/?tid={60CA151D-9CF2-4e91-98C2-FE28F85C9408}&v=12%00-4e91-98C2-FE28F85C9408}%00=

Vsevolode Meyerhold (1874-1940), né 28 janvier (10 fevrier de style nouvel) en Russie à Penza dans une famille allemande, commence sa carrière avant la Révolution, d'abord à Moscou, puis à Saint-Pétersbourg, et la poursuit pendant en montant des spectacles de propagande dans des décors constructivistes… Il fera une tournée à Paris en 1930 et à partir de 1935, au lieu de suivre lesdirectives du régime et de créer des spectacles sur la collectivisation et l'industrialisation, il monte des classiques et ne s'intéresse qu'à la beauté. Cela lui vaudra les foudres soviétiques et lui coûtera la vie. En 1939, il est arrêté, torturé, contraint à "avouer" sa culpabilité (on l'accuse de trotskysme et d'espionnage) et exécuté en secret le 2 février 1940. Sa femme entre temps est assassinéepar des policiers. Il ne sera réhabilité qu'en 1955 et sa famille n'en aura une confirmation officielle qu'en 1988! Meyerhold, figure emblématique de l'artiste libre est particulièrement intéressant car il est l'un des fondateurs du théâtre d'art et de ce que l'on appelle aujourd'hui la mise en scène. Expérimentateur infatigable, il croit à la stylisation et combat le naturalisme. "Devenu...
tracking img