Dissertes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3996 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les enjeux de la notion – une première définition
On s’accorde pour penser que le travail est une dimension essentielle, constitutive de la nature humaine. D’un point de vue strictement biologique ou physiologique, il est ce qui permet à l’homme de subvenir à ses besoins vitaux. Mais plus encore, le travail, en s’organisant, en se diversifiant, en se divisant est ce qui éloignel’homme de ses nécessités vitales, en faisant que sa préoccupation pour elles n’est plus immédiate ; le travail tend à se dépasser lui-même pour permettre l’ouverture et le développement d’autres possibilités de l’existence humaine ; l’homme devient alors proprement humain dans la mesure où il dépasse ainsi la vie animale. Mais une question se pose alors : l’organisation sociale que suppose le «perfectionnement » du travail ne conduit-elle pas nécessairement à une hiérarchisation qui, dans sa face plus sombre, peut conduire à ce que l’homme travaillant pour un autre que lui-même, se trouve à la fois privé des fruits de son travail et de son activité même en tant qu’elle est dirigée par un autre ? Cette question en amène une seconde : si ce même « perfectionnement » du travail exige la productiond’outils de plus en plus performants, offrant la possibilité à l’homme d’acquérir une maîtrise sur la nature, la technique ne menace-t-elle pas cependant d’exercer sa maîtrise sur l’homme lui-même, celui-ci se trouvant dépossédé de ses forces propres, se voyant aliéné ? On peut ainsi comprendre pourquoi, dans la pensée moderne, après l’ « utopie » du progrès technique, synonyme de progrès del’humanité, la technique fut l’objet de très vives critiques. Mais au-delà de celles-ci, ne faut-il pas pourtant reconnaître que la technique est anthropologiquement constitutive (formatrice de l’homme) : que l’on pense ici à l’invention du feu, au travail de la pierre taillée et même à l’autre extrémité de l’histoire de l’humanité, à l’Internet. N’est-ce donc pas à un usage raisonné de la techniqueplutôt qu’à une condamnation sans appel qu’il faut se livrer ?

L’homme et le travail
"Le salaire du travailleur ne dépasse guère sa consommation courante et ne lui assure pas le salaire du lendemain; tandis que le capitalisme trouve dans l'instrument produit par le travailleur un gage d'indépendance et de sécurité pour l'avenir." Proudhon, Qu'est-ce que la propriété ?
Hegel, danssa célèbre dialectique du maître et de l’esclave, a exposé une conception du travail qui n’a plus dès lors cessé d’exercer son influence. C’est dans la relation de domination et de servitude que s’ancre cette conception. Pour Hegel, l’homme ne devient proprement humain que lorsqu’il obtient la reconnaissance d’un autre homme, c’est-à-dire lorsque la certitude subjective qu’il a de lui-même se mueen vérité objective. L’homme veut être reconnu en tant qu’homme, autrement dit il veut prouver à l’autre que pour la lui, la vie purement animale, la vie des besoins, n’est rien. C’est pourquoi il est prêt à risquer sa vie dans une lutte à mort pour la reconnaissance. Bien évidemment, si l’un des deux protagonistes meurt, plus aucune reconnaissance n’est possible. Hegel affirme que dans cette lutte(qui n’est pas pour Hegel une simple abstraction mais un véritable moment historique et philosophique), l’un des deux adversaires, devant l’angoisse de la mort, abandonne le combat prouvant qu’il tient plus à la vie animale qu’à son statut d’humain, tandis que l’autre maintient son mépris pour la vie. Le premier devient l’esclave, le second le maître. L’esclave est donc contraint de travaillerpour le maître. On voit donc que dans un premier temps, le travail est indissociable de la domination. Mais, et là réside l’originalité de Hegel, si le travail n’était pas primordialement fait « au service d’un autre », alors il ne se distinguerait pas du désir animal qui consomme l’objet, qui vise la jouissance. Or, le produit du travail de l’esclave lui est refusé, en tant qu’il est destiné...
tracking img