Disserttaion

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1910 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
A)Guerre
La guerre franco-allemande (19 juillet 1870 - 29 janvier 1871) opposa le Second Empire français et les royaumes allemands unis derrière le royaume de Prusse (aussi est-elle parfois appelée guerre franco-prussienne). Le conflit marqua le point culminant de la tension entre les deux puissances, résultant de la volonté prussienne de dominer toute l'Allemagne, qui était alors une fédérationd'États indépendants. La défaite entraîna la chute de l'Empire français et la perte pour le territoire français d'une partie de l'Alsace-Lorraine.
B)Louise-Michel
Louise Michel, née le 29 mai 1830 à Vroncourt-la-Côte (Haute-Marne) et morte le 9 janvier 1905 à Marseille, alias « Enjolras », est une militante anarchiste et l’une des figures majeures de la Commune de Paris. Première à arborer ledrapeau noir, elle popularise celui-ci au sein du mouvement anarchiste.
Préoccupée très tôt par l'éducation, elle enseigne quelques années avant de se rendre à Paris en 1856. Là, à 26 ans, elle développe une activité littéraire, pédagogique, politique et activiste importante et se lie avec plusieurs personnalités révolutionnaires blanquistes du Paris des années 1860. En 1871, elle participeactivement aux événements de la Commune de Paris, autant en première ligne qu'en soutien. Capturée en mai, elle est déportée en Nouvelle-Calédonie où elle s'éveille à la pensée anarchiste. Elle revient en France en 1880, et, très populaire, elle multiplie les manifestations et réunions en faveur des prolétaires. Elle reste surveillée par la police et est emprisonnée à plusieurs reprises, mais poursuitinlassablement un activisme politique important dans toute la France jusqu'à sa mort à l'âge de 74 ans.
Elle représente encore aujourd'hui une personnalité influente dans la pensée révolutionnaire et anarchiste.
C)Mise en place
Au cours de la guerre de 1870, les opérations militaires aboutissent à la défaite et à la capture de l'empereur Napoléon III à Sedan. L'opposition parlementaire, surtoutrépublicaine, menée par Léon Gambetta parvient à mettre en place un gouvernement provisoire, dit de la Défense nationale. La République est proclamée le 4 septembre, au balcon de l’hôtel de ville de Paris. Un gouvernement de la Défense nationale est constitué avec à sa tête le général Trochu. Sont également membres de ce gouvernement Jules Favre, Jules Ferry, Léon Gambetta, Ernest Picard, HenriRochefort, Jules Simon, tous élus de Paris.
L'armée de Bazaine résiste toujours dans Metz assiégée. Paris est également assiégée à partir du 19 septembre. Le 7 octobre Gambetta quitte Paris en ballon pour tenter de réorganiser la défense à partir de la province, ce qui n'est pas facile compte tenu de l'organisation en étoile du territoire à partir de la capitale. La capitulation précipitée deBazaine et de l'armée de Metz (150 000 hommes) le 30 octobre porte un grave coup à la France. Elle intervient au moment où le gouvernement, parti s'établir à Tours, est parvenu à organiser une Armée de la Loire. Les Prussiens libérés peuvent alors concentrer leurs forces sur cette nouvelle armée mal entrainée et mal équipée, ce qui oblige le gouvernement à se replier sur Bordeaux.
Le 18 janvier,l'Unité allemande est réalisée, les souverains allemands réunis au château de Versailles proclament le roi Guillaume de Prusse empereur d'Allemagne. Le 28 janvier, Paris capitule après 132 jours de siège. Le gouvernement négocie une trêve pour organiser des élections. Jules Favre négocie les conditions de l'armistice. Opposé à la trêve, Gambetta démissionne.
Les élections amènent une majoritémonarchiste à l'assemblée. Le principal débat porte sur la reprise des hostilités ou la capitulation. Le court délai empêche pratiquement toute campagne, sauf à Paris. Le scrutin par listes départementales favorise les listes d'union. Les Français, lassés de la guerre ou inquiets de la voir se rapprocher de leur région, toujours méfiants vis-à-vis des troubles parisiens, préfèrent voter pour les tenants...
tracking img