Dissetation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3435 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation (sujet 3)

Les nouvelles formes d’organisation du travail ont-elles permis de dépasser les limites du taylorisme et du fordisme ?

DOCUMENT 1 : Pourcentage de salariés…

Enquêtes Conditions de travail, Premières Synthèses,DARES, août 1999
DOCUMENT 2 : L’organisation fordienne en porte-à-faux par rapport aux tendances macroéconomiques

Robert Boyer et Jean-Pierre Durand,l’Après-fordisme, Syros, 1998

DOCUMENT 3 :
Certes, le travail a changé, en liaison avec les nouveaux outils technologiques : de nouvelles pratiques se développent telles que le travail en juste-à-temps, la polyvalence, avec les pratiques d’autocontrôle qualité, d’entretien premier niveau, de « gestion » des stocks pour les opérateurs par exemple. Les tâches […] relèvent de plus en plus de lasurveillance, de la conduite, du suivi d’installations. Mais si l’on observe de près les nouvelles formes de travail, on s’aperçoit que, dans la plupart des cas, ces opérations ont fait l’objet de processus de rationalisation, standardisation, qui le sont vidées de tout professionnalisme et en font des tâches extrêmement simplifiées et routinisées au même titre que l’activité de surveillance elle-mêmetrès codifiée. […]

Les principes n’ont guère changé qui discriminent soigneusement tâches de conception et d’organisation, d’un côté, et tâches d’exécution, de l’autre.

Danièle Linhart, dir. J. Kergoat, Le Monde du travail, (c) La découverte, 1998

DOCUMENT 4 :
La flexibilité est imposée par les clients. « Voilà quelques années, ils demandent une livraison trois jours après la commande,voire deux jours après. Aujourd’hui, c’est réduit à u jour ». Cette compression des délais résulte de l’accroissement de la concurrence, notamment espagnole. « Les employeurs français essaient de compenser e serrant au plus juste l’organisation du travail et els moyens humains ».

Francine Aizicovici, « Livrer des marchandises… avec un chronomètre dans l’estomac »,
Le Monde, 22 juin 2004DOCUMENT 5 :
La relève de génération dans la salariat, la montée du niveau d’éducation, celle des valeurs d’autonomie, le décalage croissant entre l’univers de l’usine et les mondes de la consommation ont rendu de plus en plus insupportables les formes d’organisation du travail déployées dans leur version la plus dure dans les usines d’OS (surtout féminines) des « Trente Glorieuses ». […]

Dans lesannées 1980, un curieux déplacement s’est ensuite opéré : la contestation du taylorisme est devenue un thème à la mode pour les séminaires patronaux et les consultants en management. Face aux succès japonais, le « taylorisme » a été désigné comme la source de tous les maux. De fait, il est progressivement apparu que de nombreuses formes d’organisation nées de la production de masse, en particulierle cloisonnement de plus en plus étanche entre les grandes fonctions verticales des firmes, devenaient franchement contre-productives dans les nouveaux contextes concurrentiels, axés non seulement sur la réduction des coûts et la productivité-débit, mais, de plus en plus, sur des critères de performance hors coûts tels que la qualité, les délais, le niveau de service.

Pierre Veltz, le NouveauMonde industriel, © Editions Gallimard, 2000

DOCUMENT 6 : Liens entre pratiques de travail innovantes, accidents du travail et charge mentale

|Variable explicative |Normes de qualité |Rotation de postes |Flexibilité du temps travail |
|Variable dépendante | | ||
|Accidents du travail | | | |
|Accidents avec arrêt |ns |ns |ns |
|Accidents sans arrêt |+ 50% |+ 30%...
tracking img