Divergent chapitre 38

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3501 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 avril 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
CHAPITRE TRENTE-HUIT
TOBIAS TOURNE LA TÊTE et ses yeux sombres se posent sur moi. Il se lève. Il me vise
avec son pistolet.
— Lâche  ton  arme,  m’ordonne-t-il.
— Tobias, tu es dans une simulation.
— Lâche ton arme, répète-t-il. Ou je tire.
Je  sais  qu’il  ne  me  reconnaît plus. Et Jeanine a précisé que la simulation faisait de ses amis
des  ennemis.  S’il  doit  tirer,  il  le fera.
Je pose mon pistolet à mes pieds.
— Lâche ton arme ! crie-t-il.
— Je  l’ai  fait.
Une  petite  voix  dans  ma  tête  me  martèle  qu’il  ne  m’entend  pas,  qu’il  ne  me  voit  pas,  qu’il  
ne me connaît pas. Un sentiment de révolte me saisit. Je ne vais pas rester là sans rien faire et
le laisser me tuer.
Je me jette sur lui pour lui saisir le poignet. Je sens ses muscles se contracterau moment où
il appuie sur la détente   et   j’esquive   juste   à   temps.   La   balle   frappe   le   mur   derrière   moi.   Le  
souffle coupé, je lui donne un coup de pied dans les côtes et lui tords le poignet de toutes mes
forces. Il lâche son pistolet.
Je   ne   peux   pas   gagner   contre   Tobias.   C’est   perdu   d’avance. Mais je dois détruire
l’ordinateur.  Je  plonge  pour ramasser  l’arme,  mais  il  m’attrape  et  me  repousse  brutalement  sur  
le côté.
Un  court  instant,  je  fixe  ses  yeux  sombres,  ambigus,  avant  qu’il  ne  me  décoche  un  uppercut  
au menton. Ma tête est projetée en arrière et je recule, les bras relevés en bouclier devant mon
visage. Je ne dois pas tomber ; je ne dois pas tomber ou il me frappera à coups de pied et ce
sera  pire, bien  pire.  En  ignorant  la  douleur,  j’éloigne  l’arme  d’un  coup  de  talon  et  lui  donne  un  
coup de pied dans le ventre.
Il  m’attrape  la  jambe  et  me  fait  tomber.  J’atterris  sur  l’épaule  droite.  Le  choc  est  tel  que  ma  
vision  périphérique  s’obscurcit.  Il  prend  son  élan  pour  recommencer  et  je  me  redresse  sur  les  
genoux en tendant le bras pouressayer  d’atteindre  le  pistolet.  Je  ne  sais  pas  ce  que  j’en  ferai.  
Je ne peux pas lui tirer dessus, je ne peux pas. Le Tobias que je connais est toujours là,
quelque part.
Il  me  saisit  par  les  cheveux  et  tire  d’un  coup  sec  sur  le  côté.  Je  lui  prends  le  poignet,  mais il
est trop fort pour moi et mon front claque contre le mur.
Il est toujours là, quelque part.
—Tobias,  l’appelé-je.
A-t-il desserré sa prise ? En me tordant, je me retourne et lui balance un coup de pied qui
l’atteint   à   la   jambe.   Dès   qu’il   me   lâche   les   cheveux,   je   plonge   sur   l’arme   et   mes   doigts   se  
referment sur le métal froid. Je roule sur le dos et je le vise.
— Tobias. Je sais que tu es là.
Mais  s’il   l’était,   il  ne  se  jetterait  pas  sur moi  comme  ça,  comme  s’il   voulait   vraiment   me  
tuer.
Je me relève, la tête dans un étau.
— Tobias,  s’il  te  plaît.
Je  l’implore,  maintenant.  Je  suis  pitoyable.  Les  larmes  me  brûlent  les  joues.
— S’il  te  plaît,  réveille-toi.
Il avance avec des mouvements rapides, puissants, dangereux. Le pistolet tremble dans ma
main.
— Réveille-toi  s’il  te  plaît,  Tobias !
Malgréson expression menaçante, ses yeux restent pensifs, et je me rappelle soudain
comment les coins de sa bouche se soulevaient quand il souriait.

Je  ne  peux  pas  le  tuer.  Je  ne  sais  pas  si  je  l’aime,  et  je  ne  sais  pas  si  c’est  la  raison.  Mais  je  
sais comment il agirait dans la situation inverse. Je sais que rien ne justifie que je le tue.
Je  l’ai  déjà  fait ;;  dans mon  paysage  des  peurs,  l’arme  à  la  main,  avec  une  voix  qui  me  criait  
de  tirer  sur  les  gens  que  j’aimais. Cette fois-là,  j’ai  décidé  que  je  préférais  mourir.  Mais  je  ne  
vois   pas   comment   ça   pourrait   m’aider   aujourd’hui.   En   revanche,   je   sais,   sans   l’ombre   d’un  
doute, quel est le bon choix.
Mon père dit – disait – qu’il  y  a  du...
tracking img