Diverses oeuvres de miro

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1245 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Exposition de Miro
Les couleurs de la poésie
Musée Frieder Burda à Baden-Baden

* Question 1 :

* Question 2 :

Miro peint de nombreuses heures dans lesquelles il se montre un artiste engagé. Dans l’exposition « Miro, les couleurs de la poésie », il y a certaines œuvres engagés comme « Le condamné 1, 2 et 3 » ou « Tête d’homme ». Analysons donc ces deux œuvres engagés :

« Lecondamné 1, 2 et 3. ».
Le tableau a été finit le 2 Mars 1994, le jour où le régime national franciste fit exécuté par garrotage le jeune catalan Salvador Puig Antich. Miro a alors plus de 80 ans.
Dans le bas des trois tableaux, on peut voir de légères stries mais c’est à chaque fois une puissante courbe noire qui domine l’espace imaginaire. Elle est à chaque fois accompagnée de touches lumineuses,dans le premier du rouge, dans le second du bleu et dans le dernier du jaune. Ce trait lancé à l’aventure dans ces trois tableaux représente presque le profil d’un homme qui d’un seul coup va disparaitre. Miro est contre la peine de mort car il considère que rien n’est plus beau que la vie et qu’aucun un homme ne mérite de mourir pour des idées contre le fascisme. Ce tableau montre la mort avecpresque rien, avec un trait qui s’élance et qui se rompt le jour où l’homme meurt.
On y voit l’interruption de la vie dans la troisième toile avec la ligne de vie qui s’arrête. En face de la tache jaune, on peut observer une tache jaune qui indique qu’il y a eu une détonation et que tout s’arrête, donc on nous propose un univers qu’on ne peut pas décrypter mais qui prend tout son sens avec cetableau. Bien que dans cette œuvre ultime, dans ce temps court qui lui reste à vivre, il s’interroge sur la vie, la démocratie, la liberté.
Il nous propose un tryptique engagé avec un respect de l’autre toujours présent chez Juan Miro.

« Tête d’homme » de 1935
Ce tableau fait partie de la catégorie des « peintures sauvages » que Miro a peintes entre les années 1934 et 1937, c'est-à-dire pendant lacrise espagnole. Les couleurs du tableau sont sombres, avec des déclinaisons vert kaki jusqu’à l’orange foncé. Elles évoquent des flammes et de la violence. On voit dans le tableau, un portrait masculin avec des traits arrogants, voir obscène, en partie du au fait que le personnage tire sa langue. On ne voit qu’un seul de ses yeux, mais celui-ci est immense et disproportionné, cependant, on notequ’il est aveugle. La peinture évoque l’angoisse, la mort, la rage et même le pourrissement. Miro peint dans ce tableau l’atmosphère lourde de menace, et s’élève ainsi contre toutes les oppressions.

* Question 3 :

* Question 4 :

* Les œuvres étudiés par le guide audio

« Femmes et oiseaux dans la nuit » de 1947
La peinture est sur un fond bleu et les personnages qui y sontreprésenté sont très colorés, peint dans des couleurs pures. On y voit un personnage possédant des ailes, comme une sorte d’homme-oiseau imaginaire. La peinture est très simple, à la limite du dessin d’enfant mais on note cependant un équilibre parfait dans cette œuvre. Miro possède la maitrise du langage esthétique. Le noir et blanc, qui s’opposent généralement, dépassent ici leurs différences pourse compléter. Bien que cette œuvre représente la nuit, il n’y a rien d’obscure ou de négatif dans le paysage, puisqu’on peut voir des étoiles, qui est plus poétique qu’effrayant.

« Le gentleman » de 1924
Le tableau représente un gentleman fier de lui, puisqu’il abord une crête rouge ou encore une moustache, symboles d’une certaine virilité et supériorité. On peut donner à cette peintureplusieurs représentations. Premièrement l’image des bourgeois types ou celle qu’il a de lui-même. On peut aussi penser qu’il a voulu peindre le « roi Ubu » imaginé par Alfred Jarry dans la pièce « Ubu roi ». La peinture est une composition sommaire, avec un fond unis, composée de peu d’éléments. On pourrait croire que les gestes de Miro sont à la limite de la peinture, mais pourtant, les formes...
tracking img