Dm français de 3ème

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2878 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

Devoir maison de Français.

[pic]

Automne rouge

Cette toile a été peinte par Jean-Paul Legaré. La date de parution n’est pas indiquée dans le support sur lequel je l’ai trouvée :
(http://www.quebecweb.com/legare/moyennes.html)

I Présentation dactylographiée des textes choisis

[pic]

Salut! bois couronnés d'un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazonsépars !
Salut, derniers beaux jours ! Le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards !
Je suis d'un pas rêveur le sentier solitaire,
J'aime à revoir encore, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l'obscurité des bois !
Oui, dans ces jours d'automne où la nature expire,
A ses regards voilés, je trouve plus d'attraits,C'est l'adieu d'un ami, c'est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer pour jamais !
Ainsi, prêt à quitter l'horizon de la vie,
Pleurant de mes longs jours l'espoir évanoui,
Je me retourne encore, et d'un regard d'envie
Je contemple ses biens dont je n'ai pas joui !
Terre, soleil, vallons, belle et douce nature,
Je vous dois une larme aux bords de mon tombeau ;
L'air est si parfumé! la lumière est si pure !
Aux regards d'un mourant le soleil est si beau !
Je voudrais maintenant vider jusqu'à la lie
Ce calice mêlé de nectar et de fiel !
Au fond de cette coupe où je buvais la vie,
Peut-être restait-il une goutte de miel?
Peut-être l'avenir me gardait-il encore
Un retour de bonheur dont l'espoir est perdu?
Peut-être dans la foule, une âme que j'ignore
Aurait comprismon âme, et m'aurait répondu?...
La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphire;
A la vie, au soleil, ce sont là ses adieux;
Moi, je meurs; et mon âme, au moment qu'elle expire,
S'exhale comme un son triste et mélodieux.

Alphonse de  Lamartine, Méditations Poétiques, 1820

Page d’écriture

Deux et deux quatre
quatre et quatre huit
huit et huit font seize...
Répétez! dit le maîtreDeux et deux quatre
quatre et quatre huit
huit et huit font seize.
Mais voilà l'oiseau-lyre qui passe dans le ciel
l'enfant le voit
l'enfant l'entend
l'enfant l'appelle:
Sauve-moi joue avec moi oiseau!
Alors l'oiseau descend
et joue avec l'enfant
Deux et deux quatre...
Répétez! dit le maître
et l'enfant joue
l'oiseau joue avec lui...
Quatre et quatre huit
huit et huit font seize
etseize et seize qu'est-ce qu'ils font?
Ils ne font rien seize et seize
et surtout pas trente-deux de toute façon
et ils s'en vont.
Et l'enfant a caché l'oiseau dans son pupitre
et tous les enfants entendent sa chanson
et tous les enfants entendent la musique
et huit et huit à leur tour s'en vont
et quatre et quatre et deux et deux
à leur tour fichent le camp
et un et un ne font ni une nideux
un à un s'en vont également.
Et l'oiseau-lyre joue
et l'enfant chante
et le professeur crie:
Quand vous aurez fini de faire le pitre!
Mais tous les autres enfants écoutent la musique
et les murs de la classe s'écroulent tranquillement
Et les vitres redeviennent sable
l'encre redevient eau
les pupitres redeviennent arbres
la craie redevient falaise
le porte-plume redevient oiseau.Jacques Prévert, Paroles, 1946

II Introduction

Le lyrisme et l’engagement sont deux thèmes très présents dans la poésie du XIXème et XXème siècle. Les deux poèmes pour lesquels j’ai opté me paraissent en être deux illustrations parfaitement appropriées.
L’Automne est un poème lyrique d’Alphonse de Lamartine évoquant d’une façon éloquente et passionnée l’automne. Il rend la naturevivante en s’adressant à ses attributs (feuillages, verdure) et en les personnifiant. Lamartine nous transmet ses sentiments dans le poème avec beaucoup d’émotion.
Né en 1790 et mort en 1869, Alphonse de Lamartine est une grande figure du lyrisme français. « La poésie de Lamartine est surtout remarquable quand elle s’attache, par des rythmes très souples et des harmonies suggestives, à...