Dm philo tes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1151 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dm de philosophie

Dans cet extrait de « L'Existentialisme est un humanisme » publié par Sartre en 1946, nous pouvons remarquer la présence du mot « vérité » qui y apparaît 7 fois. La notion de vérité semble ainsi être le cœur du sujet. Cependant selon Sartre, afin de détenir une vérité quelconque, il faut avant tout pouvoir se baser sur une vérité absolue : la conscience de soi. En effetcette idée du «  je pense donc je suis » serait « la » vérité première et absolue , et donc par conséquent à l'origine de toute autre vérité. Ainsi par ce texte qui traite des notions de vérité et de conscience, nous pourrions nous demander s'il n'existe pas de vérité qui pourrait ne pas passer par la conscience de soi.

Dans ce texte, Sarte engage sa réflexion par une affirmation catégorique,« Il ne peut y avoir de vérité autre, au point de départ, que celle-ci » , il semble ainsi imposer son opinion qui serait que l'origine de la vérité, se trouverait au sein même de la conscience de soi. En effet par sa théorie du « je pense donc je suis » l'auteur démontre que ce cogito serait la vérité absolue. Par ailleurs, à travers sa phrase suivante «  toute théorie que prend l'homme en dehorsde ce moment où il s'atteint lui  même » , Sartre semble focaliser sa réflexion sur le cogito cartésien. En effet, toute théorie ne concernant pas la conscience de soi serait pour lui incertaine et probablement fausse, autrement dit, la conscience de soi, vérité absolue, serait la base du fondement de toute autre vérité quelconque. Nous pourrions d'ailleurs assimiler cette vérité absolue à labase d'une pyramide qui permet la consolidation des étages suivants et sans laquelle toutes les autres pierres ne pourraient tenir et s'effondreraient, ou encore au système solaire qui ne doit son fonctionnement que par l'unique présence du soleil autour duquel gravitent de nombreuses autres entités . Dans ce cas le cogito serait alors la seule et unique vérité à retenir et sur laquelle on puisses'appuyer, le reste n'étant alors qu'hypothèses, probabilités et fictions , puisqu'elles «  supprimeraient la vérité ». Cela revient également à dire que tout ne serait que mensonge ou chimère puisque injustifié.
Ainsi, pareil à une démarche scientifique , Sartre démontre que si dans un premier temps ces hypothèses suppriment la vérité et donc sont incertaines, elles aboutissent dans undeuxième temps à une certaine fragilité puisque tout ne serait alors que des suppositions .
D'autre part, par sa phrase «  pour définir le probable, il faut posséder le vrai » l'auteur énonce notamment grâce à son « faut » impératif le fait que pour lui , pour pouvoir comprendre la notion de probabilité, il faut avant tout avoir conscience de la dimension de la vérité sans laquelle rien ne serait sûr,autrement dit, sans la présence d'une vérité il est inconcevable qu'il y ait une quelconque probabilité, ou une cohérence.
C'est pourquoi Sartre aboutit à une certaine conclusion «  pour qu'il y ait une vérité quelconque, il faut qu'il y ait une vérité absolue » ou comme nous l'avons vu , la vérité absolue est la base de tout autre conception .
De plus, cette théorie de vérité absolue seraitselon lui « simple, facile à atteindre et à la portée de tout le monde » ce qui signifie qu'elle serait comme en quelque sorte «  universelle » puisqu'accessible à tous. Par ailleurs il voit cette idée comme évidente étant donné qu'elle est simple et que tout le monde peut y accéder.
Enfin, Sartre conclut son hypothèse par « elle consiste à saisir sans intermédiaire » autrement dit cettethéorie ne peux passer que par soi même, sans influence extérieure.
Donc Sarte aurait bien raison puisque à l'intérieur même de la vérité absolue se trouverait le cogito Cartésien.


Sartre engage ici sa réflexion par une affirmation qui semble évidente «  je pense donc je suis » . Le « je » est très important ici , car toute personne prononçant « je » affirme sa pensée, son identité et par...
tracking img