Doc focillon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 37 (9227 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Henri FOCILLON (1881-1943)

“ Éloge de la main ”
1934

Un document produit en version numérique dans le cadre de la collection : "Les classiques des sciences sociales" dirigée et fondée par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi Site web : http ://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html Une collection développée en collaborationavec la Bibliothèque Paul-Émile-Boulet de l’Université du Québec à Chicoutimi Site web : http ://bibliotheque.uqac.uquebec.ca/index.htm

Henri Focillon, « Éloge de la main» (1934)

2

Un document produit en version numérique pour Les Classiques des sciences sociales à partir de :

Henri Focillon (1881-1943) « Éloge de la main » (1934)
Une édition électronique réalisée à partir du texte deHenri Focillon, « Éloge de la main » (1934), in Vie des formes, suivi de Éloge de la main, Paris, Presses Universitaires de France, 1943. 7e édition, 1981, 131 pages, pp. 101-128.

Pour faciliter la lecture à l’écran, nous sautons régulièrement une ligne d’un paragraphe au suivant quand l’édition originale va simplement à la ligne. Polices de caractères utilisée : Pour le texte : Times NewRoman, 12 points. Édition électronique réalisée avec le traitement de textes Microsoft Word 2001. Mise en page sur papier format LETTRE (US letter), 8.5’’ x 11’’) Édition complétée le 27 novembre 2002 à Chicoutimi, Québec.

Henri Focillon, « Éloge de la main» (1934)

3

“ Éloge de la main”
par Henri Focillon (1934)

J’entreprends cet éloge de la main comme on remplit un devoir d’amitié. Aumoment où je commence à l’écrire, je vois les miennes qui sollicitent mon esprit, qui l’entraînent. Elles sont là, ces compagnes inlassables, qui, pendant tant d’années, ont fait leur besogne, l’une maintenant en place le papier, l’autre multipliant sur la page blanche ces petits signes pressés, sombres et actifs. Par elles l’homme prend contact avec la dureté de la pensée. Elles dégagent le bloc.Elles lui imposent une forme, un contour et, dans l’écriture même, un style. Elles sont presque des êtres animés. Des servantes ? Peut-être. Mais douées d’un génie énergique et libre, d’une physionomie – visages sans yeux et sans voix, mais qui voient et qui parlent. Certains aveugles acquièrent à la longue une telle finesse de tact qu’ils sont capables de discerner, en les touchant, les figuresd’un jeu de cartes, à l’épaisseur infinitésimale de l’image. Mais les voyants eux aussi ont besoin de leurs mains pour voir, pour compléter par le tact et par la prise la perception des apparences. Elles ont leurs aptitudes inscrites dans leur galbe et dans leur dessin : mains déliées expertes à l’analyse, doigts longs et mobiles du raisonneur, mains prophétiques baignées de fluides, mainsspirituelles, dont l’inaction même a de la

Henri Focillon, « Éloge de la main» (1934)

4

grâce et du trait, mains tendres. La physiognomonie, jadis pratiquée avec assiduité par les maîtres, eût gagné à s’enrichir d’un chapitre des mains. La face humaine est surtout un composé d’organes récepteurs. La main est action : elle prend, elle crée, et parfois on dirait qu’elle pense. Au repos, ce n’est pasun outil sans âme, abandonné sur la table ou pendant le long du corps : l’habitude, l’instinct et la volonté de l’action méditent en elle, et il ne faut pas un long exercice pour deviner le geste qu’elle va faire. Les grands artistes ont prêté une attention extrême à l’étude des mains. Ils en ont senti la vertu puissante, eux qui, mieux que les autres hommes, vivent par elles. Rembrandt nous lesmontre dans toute la diversité des émotions, des types, des âges, des conditions : main béante d’étonnement, dressée, pleine d’ombre, contre la lumière par un témoin de la grande Résurrection de Lazare, main ouvrière et académique du Pr Tulp, tenant au bout d’une pince un faisceau d’artères, dans la Leçon d’anatomie, main de Rembrandt en train de dessiner, main formidable de saint Mathieu...
tracking img