Doc raport

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4791 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1. Introduction 3

2. Le marché du crédit à la consommation 4

3. LaSer Cofinoga : une entreprise à filiales multiples 8

4. Schéma des responsabilités en agence 16

Introduction

1 Objectifs initiaux de recherche de stage

Ma majeure l’année prochaine sera le marketing et la gestion d’entreprise. Je souhaitais trouver un stage qui reste dans le domaine de la gestion etde l’analyse tout en améliorant ma faculté à communiquer au travers d’un stage d’application dans le domaine commercial.
Je cherchais aussi une expérience concrète du milieu de l’entreprise avec des missions à réaliser chaque jour et l’assurance d’une mission précise afin de mettre en place un réel processus d’apprentissage.
J’ai donc cherché au travers de mes entretiens à savoir dans quelle situationje serais placée lors de mon stage.

2 Démarches effectuées

J’ai utilisé trois canaux de recherche de stage :

• La candidature spontanée (S.N.C.F, Renault, Peugeot…)

• L’expérience acquise lors d’un contrat chez Cofinoga l’année passée

• Le dépôt de C.V dans des sites spécialisés (Kap’stages, iquesta)

J’ai acquis dans cette recherche l’expérience de l’entretienen entreprise.

Il y a une recherche d’intérêt mutuel entre les deux parties, l’une cherchant un profil type et l’autre recherchant une situation avantageuse et la possibilité de pouvoir évoluer. C’est donc ce dialogue constructif que j’ai découvert.
Il faut savoir adapter son discours en fonction des attentes du recruteur.

Le marché du crédit à la consommation

1. L’évolutionen France et en Europe

Le marché du crédit à la consommation en Europe est important de part son chiffre d’affaire mais aussi par toutes ses retombées économiques.
LaSer Cofinoga est une société à l’échelle européenne et possède de nombreuses filiales à l’étranger.

Les encours du marché européen du crédit à la consommation s’élevaient fin 2007 (Union Européenne à 27) à 1 140milliards d’euros ce qui représente le quart du marché mondial. Les encours sont très inégalement repartis entre les pays mais l’indicateur qui semble le plus prépondérant pour étudier l’Europe du crédit à la consommation reste les encours des crédits à la consommation rapportés à la consommation globale des ménages (car cela gomme les différences de niveau de vie). Là, on observe que des pays comme leRoyaume-Uni ou l’Irlande ont des encours importants (26 et 23%) quand d’autres comme la France, l’Italie ou les Pays-Bas oscillent entre 13 et 9%. On n’a donc des profils de consommateurs différents au sein de l’Union Européenne. En moyenne, l’encours représente 16.2% de la consommation des ménages.

Le cas particulier de la France

Le marché du crédit à la consommation en France est letroisième par la taille en Europe mais cela est uniquement du au fait que la population française soit importante. L’encours moyen d’un français est de 2158 euros par tête ce qui nous place loin derrière les îles britanniques et sous la moyenne européenne. On remarque également que depuis 2004 la croissance des encours de crédit à la consommation en France suit étroitement celle du P.I.B. La baissedu taux de chômage a permis à davantage de personnes d’accéder au crédit.

2. Les perspectives d’avenir

De manière générale, la situation n’est pas bonne surtout depuis le début de l’année 2008. Déjà les chiffres de 2007 marquent un recul de la croissance des encours (de 9% entre 2004 et 2006 et 5.7% pour l’année 2007) mais la situation s’aggrave en 2008 avec des baissesimportantes pour la plupart des catégories de prêt à la consommation.

Le moral des ménages est en berne (plus bas niveau depuis longtemps) en France et dans un marché très dépendant de la situation économique et surtout de la situation décrite par les grands medias, la fin de la crise ne semble guère se profiler. Les prêts classiques sont ceux qui souffrent le plus de cette situation tandis que...
tracking img