Document audit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1926 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ABCD

Levallois Perret, le 18 octobre 2005

Rapport annuel "L'industrie Hôtelière Française" de KPMG Entreprises-Stratégies Management / Tourisme-Hôtellerie-Loisirs
Amorce de reprise de l’activité hôtelière en 2004, après la dépression de 2003. Mais sauf dans l’hôtellerie économique, les marges bénéficiaires ne se sont pas encore reconstituées.

Dans la 28e édition de son rapportstatistique annuel "L'INDUSTRIE HÔTELIERE FRANÇAISE", KPMG Entreprises–Stratégies Management / Tourisme-Hôtellerie-Loisirs a analysé les résultats d'exploitation d’un panel de 1 410 hôtels français (représentant environ 18% des chambres homologuées Tourisme), du 0 étoile au 4 étoiles Supérieur. Ces résultats économiques permettent de caractériser l’état de santé de l’hôtellerie française dans laconjoncture actuelle, tant selon les facteurs de marché que selon les paramètres de coûts opérationnels et de résultats. Après une année 2003 particulièrement difficile (impact de la guerre en Irak, des attentats terroristes en divers endroits du globe, du marasme économique persistant en dépit d'un regain de croissance aux États-Unis et en Asie, …), les résultats de l'exercice 2004 montrent une amorce dereprise de l’activité hôtelière en France. • Les taux moyens d'occupation montrent un rebond dans l’hôtellerie de haut-de-gamme : +3 points par rapport à 2003 en 4 étoiles Supérieur, +2,2 points en 4 étoiles Standard. La progression est plus limitée en 3 étoiles (+0,8 point), et les performances apparaissent stabilisées en 2 étoiles. Seule l’hôtellerie 0/1 étoile montre un érosion de son taux moyend’occupation (-2,1 points), mais maintient toutefois une performance supérieure à 70%. Du 2 étoiles au 4 étoiles Supérieur, les taux moyens d’occupation au niveau national se situent ainsi en 2004 dans une fourchette de 60 à 65%, alors qu’ils s’étageaient de 67% à 75% en 2000, année particulièrement favorable. Parallèlement, les prix moyens par chambre louée ont continué à progresser en 2004 dansl’hôtellerie économique (+3% en 2 étoiles, +5% en 0/1 étoile). Dans les catégories supérieures, la tension s’est toutefois maintenue sur les niveaux de prix : érosion en 4 étoiles Standard (-1,6%), stabilité en 3 étoiles, et faible progression en 4 étoiles Supérieur (+1%). Résultant de ces évolutions, l'indicateur Revpar (revenu moyen Hébergement par chambre disponible) s’affiche en hausse, maisassez mesurée, sur l'exercice 2004. La seule progression dépassant +3% est observée dans la catégorie 4 étoiles Supérieur, sans rattraper toutefois la baisse très sensible subie en 2003.





© 2005 KPMG S.A. cabinet français membre de KPMG International, une coopérative de droit suisse. Tous droits réservés.

ABCD



Dans ce contexte de reconstitution mesurée des chiffresd’affaires, les frais de personnel (qui constituent un poste particulièrement important dans une activité de service telle que l’hôtellerie) ont été relativement stabilisés en 2004, après la hausse constatée en 2003. Sur 5 ans, le ratio de frais de personnel rapporté au chiffre d’affaires s’est cependant alourdi dans toutes les catégories. A partir de 2005, la mise en œuvre des nouvelles dispositionsconcernant le secteur hôtellerie-restauration (suppression du SMIC hôtelier, instauration d’une 6e semaine de congés payés, …) devrait avoir un impact sur ces ratios, éventuellement contrebalancé par la prime à l’emploi instaurée en juillet 2004. Les ratios de résultat brut d'exploitation, qui s'étaient nettement dégradés en 2003, ont poursuivi leur érosion dans l’hôtellerie de haut-de-gamme (4 étoilesStandard et Supérieur). Dans les autres catégories, on observe une remontée des ratios, restant toutefois légère. En valeur, les montants de résultat brut d'exploitation par chambre disponible sont restés relativement stables en 3 étoiles et en 4 étoiles Standard, et ont maintenu une bonne progression dans l’hôtellerie économique (+4,3% en 2 étoiles, +2,2% en 0/1 étoile). Le rebond le plus...
tracking img