Document de philosophie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1605 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le travail est-il une condition du
bonheur?

Introduction :

Comment définir ce qu’est le travail ? Quel rapport entre le bonheur et le travail ?
Le travail est une activité humaine qui peut prendre de multiples formes très différentes : travail manuel (photo 1), travail intellectuel (photo 2), travail produisant un objet ou un service.
Le travail suppose un effort, produisant quelquechose qui est socialement utile, économiquement rentable.
• Un travail suppose la maîtrise d’une compétence, d’un savoir faire technique acquit par l’apprentissage et la formation.
• La valeur du travail dépend aussi de la demande ou de la « mode ».
Le travail fait l’objet de jugement de valeur opposés : Tantôt il est perçu comme une stratégie de survie, un mal nécessaire. Dans ce cas le bonheuret le travail sont opposés. Tantôt le travail est perçu comme une condition de l’épanouissement, de la création de soi, condition du bonheur dans sa propre vie.
L’auteur nuance l’idée selon laquelle le travail serait une condition suffisante pour atteindre le bonheur : en croyant aveuglement à cet idéal d’une réalisation de soi par le travail, la personne risque de se heurter à une désillusion.I) Comment définir le travail ?

Synonymes : métier,profession,fonction,taf,job,boulot,emploi,gagnepain,œuvre,ouvrage,labeur,corvée.

Antonymes : temps libre,loisir,vacances,repos,inactivité,paresse,oisiveté,jeu,chomâge,retraite,grêve.

La travail fait l’objet de jugements de valeur divers voir opposés (connotation péjorative ou méliorative)
On peut distinguer une fonctionrétribuée et la mise en œuvre d’un savoir-faire d’une compétence que le terme de métier désigne d’avantage.

Certains termes désignent le travail qui est réduit à sa fonction économique (gagne-pain) ou bien le travail ne se réduit pas à sa satisfaction des besoins immédiats (œuvre).
On oppose souvent le travail au repos, toutefois il n’est pas certain que l’activité humaine se réduise uniquement autravail.

L’être humain ne se réduit pas à sa fonction sociale professionnelle souvent spécialisée : le temps libre permet de développer d’autres talents non requis par la profession.

Le but du jeu, est souvent le plaisir que l’on en tir soi-même, d’autre part, il n’aboutis pas nécessairement à une production et pas socialement utile, il n’implique pas les contraintes de temps et lesresponsabilités, il n’est pas payé. Le jeu sollicite l’imagination alors que le travail nous met en rapport avec la réalité.

L’opposition du travail et de la paresse suggère que le travail n’est pas une activité neutre : il peut devenir une valeur morale (une vertus).

Les texte 1 et 2 proposes une approche anthropologique de l’homme pas les auteurs.
Texte 1 : question 1 : L’être humain présente descaractéristiques anthropologiques ; le refus de la nature à l’état sauvage, but : la transformation de la nature par le travail, et d’autre part par la maîtrise de ses propres instincts et désirs : l’éducation.

L’éducation selon Bataille, consiste à devenir progressivement, capable de maîtriser ses propres pulsions, au lieu d’en être le sujet : cet apprentissage de la maîtrise de soi opposé audéchaînement désordonné des instincts, suppose l’assimilation d’interdits. (Tuer violer…)

L’éducation n’est pas seulement un dressage mais aussi l’acquisition de savoir et de savoir-faire.
D’autre part, l’homme refuse son environnement naturel à l’état sauvage : il le transforme par son travail pour satisfaire ses besoins vitaux (au moyen d’objets techniques).
Le travail est doncoriginairement la transformation de la nature par l’homme. C’est une nécessité vitale.

L’homme travail en raison d’une disproportion entre des besoins matériels importants, des désirs encore plus importants et d’autre part une nature qui ne nous donne pas tout cela.

Remarque : Dans la mythologie chrétienne Adam et Eve ne travaillent pas dans le jardin d’Eden, mais quand ils en sont chassés, deux...
tracking img